Le président français Emmanuel Macron tente d'apaiser les tensions entre le Qatar et ses voisins du golfe Persique dans la foulée des allégations selon lesquelles le pays financerait le terrorisme islamiste.

Le bureau de M. Macron soutient avoir tenu une série d’entretiens au cours des dernières semaines avec l’émir du Qatar, le roi saoudien, le président turc et le prince d’Abou Dhabi. Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian doit parler avec son homologue qatari.

Le bureau de M. Macron soutient que le président français a appelé à la désescalade des tensions dans la région, en plus de souligner l’importance de la stabilité régionale et de la lutte contre le terrorisme.

Les voisins du Qatar ont coupé les ponts avec le pays sur la foi d’accusations de financement des islamistes extrémistes, des accusations rejetées par les autorités qataries. La France dispose de liens économiques et militaires avec le Qatar et d’autres pays du Golfe.

Le Qatar défie l’embargo

Le Qatar a commencé à envoyer des navires-cargos vers Oman afin de contourner les pays qui ont coupé les liens maritimes avec le petit pays aux immenses richesses énergétiques.

Les autorités portuaires qataries ont publié une vidéo montrant un bateau arrivant au port d’Hamad depuis le port omanais de Sohar.

Les navires s’arrêtent habituellement au port en eaux profondes de Dubaï avant de transborder sur de plus petits bateaux qui sont ensuite dirigés vers Doha. Mais, depuis le 5 juin dernier, les Émirats arabes unis se sont joints à l’Arabie saoudite, à Bahreïn et à l’Égypte et ont coupé tout lien maritime avec le Qatar à la suite de heurts diplomatiques.

Les autorités portuaires qataries soutiennent que ses navires passeront désormais par les ports omanais de Sohar et de Salalah.

Pendant ce temps, l’agence de presse iranienne avance que deux vaisseaux iraniens s'arrêteront à Oman sous peu.

Embargo régional

Accusé de « soutenir le terrorisme », le Qatar est ciblé par un embargo régional. L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn ont donné 14 jours aux Qataris vivants sur leur territoire pour quitter le pays.

Le Qatar a refusé de répliquer avec une mesure similaire en plus de maintenir ses exportations de gaz. Doha « ne prendra pas de mesures contre des résidents du Qatar qui possèdent la nationalité des pays ayant rompu les relations ou réduit leurs relations diplomatiques avec l'État du Qatar, sur fond de campagnes hostiles et tendancieuses ».

Les adversaires de Doha dans le Golfe ont non seulement rompu leurs relations avec le Qatar, mais ils ont aussi fermé leurs frontières aériennes, maritimes et terrestres, en plus de prendre des mesures contre des médias du Qatar, dont la chaîne Al-Jazira.

Le Koweït, qui n’a pas emboîté le pas aux représailles contre le Qatar, tente également d’apaiser la situation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine