Retour

Manifestation monstre à Séoul pour réclamer le départ de la présidente

Des centaines de milliers de Sud-Coréens ont envahi les rues de Séoul samedi pour réclamer la démission de la présidente Park Geun-Hye, empêtrée dans un scandale de trafic d'influence.

Ce rassemblement est l'une des plus grandes manifestations antigouvernementales dans l'histoire du pays. Les organisateurs affirment avoir regroupé un million de personnes, alors que la police estime à 260 000 le nombre de manifestants.

Des lycéens, des retraités, des religieuses catholiques, des agriculteurs et de jeunes couples venus avec leurs enfants se sont côtoyés sur le boulevard Gwanghwamun, ont brandi des bougies et ont scandé des slogans demandant la démission de la chef d'État.

Les autorités ont appelé au calme. Quelque 25 000 policiers ont été déployés dans la capitale, bloquant l'accès à la Maison bleue, siège de la présidence.

Cette manifestation pacifiste est la troisième d'une série de protestations tenues au cours de la dernière semaine contre Mme Park, qui se bat pour sa survie politique depuis la découverte le mois dernier d'une « Raspoutine » à ses côtés.

Mme Park est accusée d'avoir été sous l'emprise d'une conseillère de l'ombre, Choi Soon-Sil, qui aurait bénéficié de sa proximité avec la présidente pour inciter des groupes industriels nationaux, comme l'entreprise électronique Samsung, à verser l'équivalent de 90 millions de dollars canadiens à des fondations douteuses.

Le public soupçonne également Mme Park d'avoir permis à Mme Choi, pourtant non élue, de s'ingérer dans les affaires de l'État et d'avoir accès à des documents confidentiels.

Le taux d'approbation de Mme Park, élue en 2012, a récemment atteint un creux de 5 %. Plusieurs sondages suggèrent que les Sud-Coréens jugent désormais que leur présidente a perdu la légitimité pour exercer son mandat, qui s'achève en 2017. 

Pour tenter d'apaiser la colère populaire, la présidente a présenté de nombreuses excuses. Pendant son discours télévisé du 4 novembre dernier, elle a reconnu, la voix étranglée par l'émotion, avoir été « négligente » et insuffisamment vigilante envers son amie.

Mme Choi a été arrêtée la semaine dernière pour fraude et abus de pouvoir. Les procureurs qui enquêtent sur ce scandale de corruption ont aussi interrogé le patron du géant de l'acier, Posco, ainsi qu'un responsable de Samsung.

Mme Choi est la fille de Chae Tae-Min, le dirigeant d'un culte religieux devenu le mentor de Mme Park après l'assassinat de sa mère en 1974. Le père de Mme Park, l'ancien dictateur Park Chung-hee, a quant à lui été assassiné en 1979.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?