Maria Sharapova a échoué à un test antidopage aux Internationaux d'Australie. Elle en a fait l'annonce lundi lors d'une conférence de presse à Los Angeles.

La septième joueuse mondiale a été déclarée positive au meldonium, qui est sur la liste des produits interdits depuis seulement le 1er janvier 2016.

« J'ai pris ce médicament pour la première fois en 2006, a-t-elle d'abord expliqué. J'avais eu plusieurs problèmes de santé à l'époque. Je tombais malade très souvent. Je souffrais d'une carence en magnésium et il y avait du diabète dans ma famille. »

« J'ai fait une énorme erreur, a-t-elle dit en précisant aussi qu'elle prenait depuis 2006 un médicament pour lutter contre le diabète. J'ai reçu un courriel de l'Agence mondiale antidopage à la fin décembre et je n'ai pas vérifié la liste pour voir si ce médicament figurait maintenant sur la liste des produits prohibés. »

« J'ai reçu, il y a quelques jours, une lettre de la Fédération internationale de tennis (ITF) m'informant que j'avais fait l'objet d'un contrôle antidopage positif lors des Internationaux  d'Australie », a-t-elle révélé, visiblement émue.

L'ITF a annoncé après la fin de la conférence de presse de la Russe qu'elle était suspendue à partir du 12 mars pour une durée indéterminée « en attendant qu'une décision soit prise sur son cas », précise-t-on.

La WTA n'a pas encore annoncé de sanction à l'encontre de Sharapova, mais ses commanditaires n'ont pas attendu pour se désister.

Le manufacturier d'articles de sport Nike, l'horloger suisse Tag Heuer et le constructeur automobile allemand Porsche ont déjà annoncé qu'ils suspendaient leur partenariat avec Sharapova.

Ces décisions pourraient avoir d'importantes répercussions financières pour la Russe, qui empochait annuellement près de 30 millions de dollars en commandites, selon le magazine Forbes.

Le meldonium a été créé en 1975 en Lettonie. Il était très populaire dans les anciennes républiques soviétiques.

Ce médicament aide à la récupération des malades victimes, entre autres, d'infarctus du myocarde en minimisant le dépôt des résidus toxiques dans le muscle cardiaque. Il améliore également l'alimentation des cellules en oxygène. Chez les athlètes, il augmente la capacité à l'effort. 

« Je ne veux pas terminer ma carrière de cette façon. Je veux qu'on me donne une autre chance de jouer », a-t-elle lancé la voix nouée par l'émotion. 

Christiane Ayotte, directrice du laboratoire de contrôle de dopage à l'INRS, parle du meldonium :

La Russe avait déclaré forfait pour le tournoi d'Indian Wells, qui commence mercredi, en raison de la blessure à l'avant-bras qui la perturbe depuis plusieurs mois.

Nombreux étaient donc ceux qui redoutaient qu'elle annonce, à 28 ans, la fin de sa carrière.

« Si j'avais décidé d'annoncer la fin de ma carrière, je ne l'aurais pas fait dans un hôtel du centre-ville de Los Angeles avec une moquette aussi laide », a-t-elle dit avec un timide sourire.

Sharapova a été peu active en 2016. Elle n'a pris part qu'aux Internationaux d'Australie. Elle avait perdu en quarts de finale aux mains de l'Américaine Serena Williams, avec qui elle a toujours entretenu une grande rivalité.

En 2015, elle avait fait une croix sur une partie de la saison sur surface dure et s'était absentée de la Coupe Rogers, du tournoi de Cincinnati et des Internationaux des États-Unis.

Maria Sharapova occupe le 7e rang mondial. Elle revendique 35 titres au cours de sa carrière, dont 5 en tournois du grand chelem.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine