Retour

Mise en garde contre le piratage des Jeux olympiques de Pyeongchang

Piratage de résultats, fuite d'informations personnelles et menace des infrastructures : des chercheurs de l'Université de Californie mettent en garde contre toutes sortes d'attaques informatiques potentielles qui pourraient viser les Jeux olympiques de 2018, à Pyeongchang, en Corée du Sud.

Dans le cadre d'une étude publiée quelque quatre mois avant les Jeux d'hiver, ces chercheurs soutiennent qu'un piratage des Jeux pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour cette manifestation sportive d'envergure internationale.

Aux yeux de ces experts du Centre pour la sécurité à long terme de l'université, les tentatives d'infiltration de systèmes informatiques menées dans le cadre des élections présidentielles américaines de 2016 doivent servir d'avertissement quant à l'importance des possibles impacts d'une offensive numérique contre les Jeux.

On peut lire, dans l'étude, qu'« un nombre croissant d'occasions de manipulations numériques [existe] alors que le monde du sport utilise les nouvelles technologies pour améliorer les entraînements des athlètes, enrichir l'expérience des amateurs et même aider les arbitres à déterminer des résultats ».

Piratage des tableaux indicateurs, fuite d'informations personnelles sur les athlètes, voire cibler les spectateurs ou les moyens de transport... Les tentations seraient nombreuses pour les flibustiers du clavier. Car le monde du sport n'échappe pas à la numérisation des biens et des services. Qu'il s'agisse d'acheter des billets ou carrément pendant les matchs, la technologie s'infiltre partout.

Des antécédents

Des événements sportifs se seraient d'ailleurs déjà retrouvés dans la ligne de mire de pirates, précise-t-on.

Le collectif Anonymous a ainsi soutenu avoir piraté le site Internet de la formule 1 pour dénoncer le Grand Prix de Bahreïn en 2013. Et pendant la Coupe du monde de soccer, en 2014, des pirates se sont emparés des adresses courriel de plusieurs responsables brésiliens.

« Il apparaît très clairement dans notre étude que les personnes chargées de préparer les futurs Jeux olympiques prennent la question de la sécurité très au sérieux », dit néanmoins Betsy Cooper, la directrice du centre universitaire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine