Retour

Montréal au Sénégal se développe, mais a besoin de l'aide du Canada

Créé par un Québécois, le village de Montréal au Sénégal a besoin d'aide : il manque de fonds pour construire un centre de santé. Et son fondateur espère un coup de main du Canada.

Un texte de Bahador Zabihiyan

Montréal au Sénégal a été créé en 2012 par Gondiel Ka, un Québécois d'origine sénégalaise. Le village qui regroupe une soixantaine d'habitants a cruellement besoin d'un centre de santé, car il est situé dans une zone très isolée.

Cette fin de semaine, les proches de M. Ka, les autorités locales et un représentant de l'ambassade du Canada ont posé la première pierre de ce futur dispensaire.

« On a un projet de construire un hôpital de brousse qui va couvrir un grand territoire. Ce projet a pour mission de lutter contre la mortalité infantile », explique le fondateur du village.

M. Ka n'a pu assister à la cérémonie, car il travaille au Québec. Pour l'instant, il a réussi à réunir les fonds pour le village et le futur centre de santé sans aide extérieure, mis à part 2000 $ en dons.

Mais désormais, il a besoin de fonds pour bâtir le dispensaire. Tout d'abord, il faut creuser un puits, dans cette région où il n'y a pas d'eau courante.

M. Ka compte soumettre des demandes à différentes agences de développement, à commencer par l'Agence canadienne de développement internationale (ACDI). Mais il ne sait pas par où commencer : remplir une demande et trouver le bon programme d'aide est une tâche ardue, selon lui.

Il n'est associé à aucun organisme de coopération connue, mais son projet n'en est pas moins pertinent, dit-il.

L'ambassadeur du Canada au Sénégal, Philippe Beaulne, s'y intéresse. Il a d'ailleurs tenu à ce qu'un diplomate de l'ambassade soit présent lors de la cérémonie de samedi.

Il invite M. Ka à déposer une demande pour obtenir du financement dès que possible.

M. Beaulne n'est toutefois pas étonné d'un tel projet. « Ça ne me surprend pas de voir ce genre de projet parce que les Sénégalais de l'extérieur font beaucoup pour le développement de leur pays. Ils gardent souvent des liens très fort notamment avec leur famille, mais aussi avec leur localité d'origine », dit-il.

Le nom du village l'a toutefois agréablement surpris.

M. Ka compte soumettre plusieurs demandes pour obtenir des fonds pour son projet dans les prochaines semaines, auprès de l'ACDI notamment. Des fonds qui aideront le village, mais aussi la métropole. « En développant le village de Montréal, on veut faire connaître plus la métropole québécoise », dit-il.

C'est en mémoire de sa femme, Christine Sasseville, morte à la suite d'une erreur médicale en 2008 au Québec, qu'il veut créer le centre de santé.

Plus d'articles