Retour

Moscou confirme avec « un haut degré de certitude » la mort du chef de l'EI

Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré jeudi pouvoir affirmer avec un haut degré de certitude qu'Abou Bakr Al-Baghdadi, le chef de l'organisation État islamique, est mort.

Le ministère russe de la Défense avait annoncé la semaine dernière que les forces russes tentaient de déterminer si le « calife » autoproclamé de l'EI avait péri dans un bombardement de l'aviation russe visant fin mai une réunion de cadres de l'organisation djihadiste dans le secteur de Raqqa, en Syrie.

Peu de temps après cette annonce de Moscou, la coalition contre l’EI dirigée par les États-Unis s’était dite cependant incapable de confirmer l'information, émettant par le fait même des doutes sur la mort du chef du groupe armé.

Selon Moscou, au moins 300 personnes ont péri lors de l’opération de bombardement menée contre un centre de commandement de l’EI dans un des faubourgs du sud de Raqqa, où Abou Bakr Al-Baghdadi devait assister à une réunion.

D’après les informations révélées par l’armée russe, le but de cette rencontre, à laquelle aurait assisté le chef de l’EI, ses officiers et sa garde rapprochée, était l'organisation de convois de sortie pour les djihadistes de Raqqa par le sud de la ville.

Le chef de l'EI a été donné pour mort ou blessé à maintes reprises depuis qu'il a proclamé un califat en juin 2014 après la capture de Mossoul, dans le nord de l'Irak.

L’une des dernières manifestations publiques d’Abou Bakr Al-Baghdadi remonte à novembre 2016, lorsqu’il avait appelé ses partisans à combattre jusqu'à la mort à Mossoul contre l'islam chiite, les « croisés » occidentaux et les « apostats » sunnites turcs et saoudiens.

Plus d'articles

Commentaires