Retour

« Nos autoroutes ressemblent à des rivières » : des Manitobains à Houston racontent

Les inondations qui font rage à Houston, au Texas, ont déjà coûté la vie à six personnes et forcé des milliers de personnes à quitter leur maison. Plusieurs Manitobains qui résident à Houston s'inquiètent de voir l'eau monter alors que la pluie ne faiblit pas.

Un texte de Pierre Verrière

Comme beaucoup de résidents de Houston, Erik Loewen regarde l'eau monter par la fenêtre de son salon. L'homme, dont la famille vient de Winnipeg, explique qu'il reste confiné chez lui parce que sa rue et son terrain sont noyés sous plusieurs mètres d'eau.

« Je suis coincé chez moi, je ne peux pas me déplacer et me rendre au travail, mais tout le monde ici est dans la même situation. La ville est paralysée par les intempéries », explique-t-il.

Nicole Rowland, une Manitobaine qui habite Houston depuis deux ans, a dû évacuer son appartement situé dans le sud de la ville pour se réfugier chez un proche plus au nord.

« Nous avons commencé à nous préparer mercredi, raconte-t-elle. Nous essayons de rester aussi calmes que possible. C'est le seul choix que nous avons en ce moment : nous ne sommes pas effrayés, mais préparés. »

Elle dit en revanche n'avoir aucune idée de l'état de son logement, qui est désormais inaccessible.

Veronica Cerrato est mieux lotie, car son appartement n'est pas inondé. Mais à l'extérieur, l'eau monte rapidement, dit-elle.

Et même si elle savait que la tempête tropicale allait venir, elle dit avoir été surprise de l'ampleur des inondations qui, selon elle, vont bien au-delà de ce qu'elle a vécu en 1997 dans son Manitoba natal.

« Cela n'a rien de comparable avec ce qui se passe en ce moment au Texas », note-t-elle. « Tous les axes de transport majeurs que les gens empruntent tous les jours pour se déplacer sont inondés. Nos autoroutes ressemblent à des rivières. Il y a des endroits en ville où si on s'y aventure, on est immédiatement englouti. »

« Le niveau et l'ampleur de ce qui se passe ici sont inimaginables », raconte Dianne Murata, une Manitobaine qui s'est installée à Houston après ses études.

Elle vit dans le nord-ouest de la ville dans un quartier pour l'instant épargné. Pour autant, elle ne s'aventure pas dehors. « Parfois, même lorsque les routes sont dégagées, on ne sait pas combien de temps elles vont le rester. Beaucoup de gens n'osent pas partir parce que les routes peuvent rapidement être inondées et devenir dangereuses. »

Plus d'articles

Commentaires