Au moins 19 personnes ont été tuées et 41 autres blessées dans un attentat à la bombe survenu mardi après-midi dans l'enceinte de la Cour suprême d'Afghanistan, selon un bilan provisoire fourni par le ministère de la Santé. L'attaque n'a pas été revendiquée.

La Cour suprême est située en plein cœur de la capitale afghane, à quelques centaines de mètres du quartier des ambassades et du quartier général de la mission de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) dans le pays.

Selon un porte-parole du ministère de l’Intérieur, Najibullah Danish, c’est un kamikaze à pied qui a déclenché une charge explosive dans le stationnement du tribunal vers 16 h, au moment où les employés allaient embarquer à bord d’autobus qui les raccompagnent à leur domicile.La déflagration a provoqué des scènes de panique aux abords de la Cour suprême, dont les accès ont été aussitôt barrés par les forces de police. Ambulanciers et pompiers se sont aussi précipités sur place.

« J'étais à l'intérieur avec mon père pour une démarche officielle. Nous nous dirigions vers le stationnement quand nous avons entendu une très forte explosion », a témoigné un homme ensanglanté à une télévision locale. « Mon père est mort maintenant, comment vais-je faire sans lui? »

Nombreux attentats à Kaboul

La Cour suprême d’Afghanistan avait déjà été ciblée par un attentat en juin 2013. Une bombe de forte puissance, qui avait aussi explosé vers 16 h, avait fait 15 morts et une quarantaine de blessés. Les talibans avaient revendiqué l’attentat, en menaçant d’en commettre d’autres si le tribunal continuait de condamner leurs combattants à mort.

Les talibans, en lutte contre le gouvernement et ses alliés occidentaux, ont en outre revendiqué le dernier attentat majeur commis à Kaboul le 10 janvier. Deux explosions visant une annexe du parlement à l’heure de sortie des bureaux avaient fait 38 morts et 80 blessés.

À la fin de l’été, des bombes avaient aussi visé l’Université américaine de Kaboul et le ministère de la Défense, faisant des dizaines de victimes.

En juillet, la capitale afghane avait aussi été ensanglantée par un attentat revendiqué cette fois par le groupe armé État islamique (EI). L'attaque, qui visait des manifestants de la minorité chiite hazara, a fait au moins 80 morts et 230 blessés.

L’EI a récidivé en octobre, en revendiquant un attentat qui a fait au moins 17 morts et plus de 50 blessés dans une mosquée de Kaboul où s'étaient rassemblés des chiites.

Selon l’ONU, l’Afghanistan a enregistré l’an dernier son pire bilan pour les civils depuis qu’elle a commencé à en faire la comptabilité, en 2009, avec 11 500 morts et blessés.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine