De l'offensive pour reprendre Mossoul des mains du groupe armé État islamique (EI) aux déboires du président sud-africain Jacob Zuma, sans oublier la fête des Morts, ce ne sont pas les moments d'émotions qui ont manqué cette semaine. Voici notre survol de l'actualité internationale.

Un texte de Ximena Sampson

L'armée et les forces spéciales irakiennes, soutenues par des milices chiites appuyées par l'Iran, des combattants kurdes et d'autres groupes appuyés par les États-Unis, se préparent à donner l'assaut final sur Mossoul, dernier bastion du groupe armé État islamique en Irak.

Ces combattantes kurdes iraniennes prennent une pause lors d'un affrontement contre des militants de l'EI à Bashiqa, près de Mossoul, le 3 novembre 2016.

Des milliers d'Irakiens ont fui la ville et ses environs, dont ces familles, qui brandissent des drapeaux blancs pendant qu'elles quittent le village de Kokjali, le 3 novembre 2016.

En Syrie aussi les combats chassent les familles du sud-ouest d'Alep, ciblée par une offensive rebelle visant à briser le siège des forces gouvernementales. Plus de 250 000 personnes vivent dans les quartiers sous contrôle des rebelles, privées d'aide humanitaire depuis juillet et menacées de pénurie alimentaire. Photo : Omar Haj Kadour/AFP/ Getty Images.

Pour dénoncer les frappes russes contre la ville martyre, des activistes ont créé une structure faite de membres de mannequins devant l'ambassade de la Russie à Londres. Photo : Niklas Halle'n/AFP/Getty Images

Il n'y a pas qu'au Québec que la liberté de presse défraie la manchette. En Turquie, la décision du gouvernement d'arrêter une douzaine de journalistes et cadres du quotidien d'opposition Cumhuriyet, dont son rédacteur en chef, a suscité des manifestations devant les locaux du journal, à Istanbul, le 1er novembre. Photo : Yasin Akgul/Getty Images

En Afrique du Sud, il y a eu aussi des manifestations, mais cette fois pour réclamer la démission du président Jacob Zuma, empêtré dans des scandales de corruption. Des milliers de personnes sont descendues dans la rue à Pretoria, la capitale administrative du pays, le 2 novembre, à l'appel d'un des principaux partis d'opposition, les Combattants pour la liberté économique, Economic Freedom Fighters (EFF). Photo : Gianluigi Guercia/Getty Images

Un rapport rendu public le même jour, et dont le président a tenté d'empêcher la publication, met en lumière l'étroite collusion du président avec une famille richissime, les Gupta. Pour sa part, le chef de l'État a toujours nié leur influence dans ses décisions politiques. Photo : Gianluigi Guercia/Getty Images

Au Venezuela, la situation politique demeure tendue. Une partie de l'opposition a renoncé à une grande marche prévue vers le palais présidentiel jeudi, mais des groupes d'étudiants et Lilian Tintori, l'épouse de Leopoldo Lopez, l'un des principaux dirigeants de l'opposition, emprisonné depuis février 2014, ont tenu à descendre dans les rues, le 3 novembre.

Les partisans du président, pour leur part, avaient tenu un rassemblement d'appui au gouvernement, deux jours plus tôt.

Aux États-Unis, les deux prétendants à la Maison-Blanche ont fait campagne cette semaine en Floride, un État pivot. À Pensacola, Donald Trump a été accueilli le 2 novembre par des partisanes en liesse à l'amphithéâtre Hunter. Photo : Chip Somodevilla/Getty Images

Pour sa part, Hillary Clinton a reçu l'appui du président Barack Obama, qui a passé la semaine à parcourir des États clés pour inciter les électeurs à aller voter. On le voit ici à l'Université de la Caroline du Nord à Chapel Hill, le 2 novembre.

Toujours aux États-Unis, les partisans des Cubs de Chicago ont fêté la victoire de leur équipe, un moment qu'ils attendaient depuis 108 ans. L'équipe de baseball a remporté mercredi soir sa première Série mondiale depuis 1908, grâce à une victoire de 8 à 7 face aux Indiens de Cleveland. Des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Chicago vendredi pour les acclamer. Photo : Tasos Katopodis/Getty Images

C'était aussi la fête au Mexique, où l'on a célébré les morts le 1er novembre, en leur rendant visite au cimetière et en leur apportant des fleurs. Photo : Miguel Tovar/TSF/Getty Images

Une autre fête, mais en Asie du Sud, cette fois. Le 30 octobre, les hindous célébraient le festival de la lumière, Diwali, en allumant des lampes et des lampions qui symbolisent la lumière intérieure censée nous protéger des ténèbres spirituelles. Photo : Biju Boro/Getty Images

Plus d'articles