De l'attentat terroriste qui a frappé le quartier diplomatique de la capitale afghane aux manifestations antigouvernementales qui gagnent encore en intensité au Venezuela, la semaine qui se termine a été riche dans l'actualité internationale. Notre survol.

Un texte d'Alain Labelle

Donald Trump a finalement annoncé sa décision : les États-Unis larguent l’Accord de Paris sur le climat. « L’heure est venue de quitter l’Accord de Paris », a lancé le président américain dans la roseraie de la Maison-Blanche lors d’un discours qui a suscité une grande déception parmi les pays signataires, mais aussi bon nombre d’Américains.

Le président a utilisé une étude du Massachusetts Institute of Technology (MIT) pour expliquer que la responsabilité de l’homme dans le dérèglement climatique n’était pas démontrée, et que l’Accord ne produirait une réduction que de 0,2 degré par rapport à la hausse prévue d’ici 2100. Le MIT, dont aucun chercheur n’a été en contact avec la Maison-Blanche, a rapidement déclaré que le président se trompait et qu’il avait mal compris les conclusions des scientifiques. « Nous ne soutenons certainement pas le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris », a tenu à rectifier l’un des chercheurs du MIT.

Le président climatosceptique n’a certainement pas pris le temps de consulter le cadeau du pape François, qui lui a remis il y a quelques jours son encyclique sur les changements climatiques. C’était au tour de Justin Trudeau de rencontrer le pape François cette semaine. Le premier ministre canadien lui a demandé de présenter des excuses pour le rôle joué par l’Église catholique dans la tragédie des pensionnats autochtones.

La prochaine photo montre le pape avec deux artistes du Cirque du Soleil lors des audiences générales qui se tiennent à la place Saint-Pierre.

La controverse climatique du président Trump s’ajoute à celles qui ont marqué particulièrement la partie européenne de son premier voyage à l’étranger. Son attitude a vexé certains alliés, notamment la chancelière allemande, Angela Merkel. « L’époque où nous pouvions entièrement compter les uns sur les autres est quasiment révolue », a déclaré la politicienne actuellement en campagne électorale au terme de la rencontre annuelle du G7 qui se tenait à Taormine, en Italie.

Une autre politicienne joue sa carrière politique ces semaines-ci. Mais les événements ne semblent pas se passer comme la première ministre du Royaume-Uni, Theresa May, le pensait. Celle qui croyait se diriger vers une victoire majoritaire est rattrapée par certains sondages indiquant qu’elle pourrait ne former qu’un gouvernement minoritaire. La prochaine photo la montre en campagne électorale dans le port de Plymouth.

La première rencontre entre deux dirigeants que peu de choses semblent rapprocher s’est également tenue cette semaine. Le nouveau président français, Emmanuel Macron, a reçu son homologue russe, Vladimir Poutine, au château de Versailles pour inaugurer une exposition qui célèbre les 300 ans de la relation diplomatique entre la France et la Russie. M. Macron a affirmé avoir eu avec M. Poutine un entretien très direct où il a été question de la situation en Syrie, des sanctions occidentales contre la Russie dans le dossier ukrainien, mais aussi du rôle qu’ont joué certains organes d’information russes pendant la campagne présidentielle française. Les deux hommes ont également visité la galerie des batailles, dans laquelle sont exposées des oeuvres représentant les grands événements militaires de l’histoire de France.

Le président Poutine en a profité pour accorder une longue entrevue au journal Le Figaro au cours de laquelle il a balayé les accusations voulant que Moscou ait essayé d’influencer le résultat de certaines élections, notamment aux États-Unis et en France.

Toujours en France, le Festival de Cannes s’est terminé avec l’attribution de la Palme d’or, la plus haute récompense décernée par le jury. C’est un réalisateur suédois très heureux, Ruben Östlund, qui est monté sur scène afin de recevoir son prix pour le film The Square.

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, encore très contesté, a connu pour sa part une autre semaine mouvementée. L’opposition, qui exige son départ, a organisé de nouvelles manifestations monstres qui se sont souvent terminées dans la violence. Depuis trois mois, elles ont fait pas moins de 62 morts.

Cette photo montre des manifestants venant en aide à d’autres lors d’une manifestation qui s'est transformée en émeute, à Caracas.

Celle-ci montre les forces de l’ordre qui interviennent après que des émeutiers eurent mis à feu des motocyclettes lors d’une manifestation qui se déroulait à San Cristobal.

À Kaboul, en Afghanistan, au moins 90 personnes ont perdu la vie et quelque 400 autres ont été blessées dans un attentat au camion piégé qui a frappé le quartier diplomatique. C’était l’attentat le plus meurtrier dans la capitale afghane depuis la chute des talibans en 2001. L’explosion, menée en plein ramadan, a creusé un gigantesque cratère dans cette zone abritant le palais présidentiel et de nombreuses ambassades. La prochaine photo montre deux survivants de l’attentat alors qu’ils attendent les premiers secours.

Le quartier des ambassades étrangères de Kaboul est pourtant censé être l’un des mieux protégés du pays. Quelques-unes d’entre elles ont été endommagées et plus d’une vingtaine de leurs employés figurent parmi les morts et les blessés.

Et pour terminer notre panorama hebdomadaire, cette histoire en provenance de Singapour. Le nouveau passe-temps à la mode dans cette ville asiatique : la recherche de fourmis. Le groupe Ants Singapore formé sur Facebook regroupe des myrmécologues amateurs qui les traquent partout dans la ville afin de se créer des colonies à la maison. La prochaine photo montre une passante intriguée par l’objet de tant d’attention. Bonne semaine en images!

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine