Le Mexique et les Caraïbes se remettent inégalement des catastrophes qui les ont touchés au cours des dernières semaines. L'effervescence démocratique gagne la Catalogne et le Kurdistan irakien, et des réfugiés continuent de fuir leurs pays dans plusieurs régions d'Afrique et d'Asie.

Un texte d'Alain LabelleMettons d’abord le cap vers l’Ouganda, où le Parlement a connu des instants plutôt mouvementés. Des chaises qui volent, des coups de poing qui s’échangent… Un débat a tourné à la bagarre générale au moment où les députés discutaient d’un sujet délicat : la limite d’âge de 75 ans pour se présenter à la présidence.

Largement dominé par le parti au pouvoir, le Parlement a effectué un premier pas en vue de supprimer cette limite. Un amendement constitutionnel permettrait à l’actuel chef de l'État, âgé de 73 ans, de briguer un sixième mandat en 2021, un projet qui a créé une vive réaction dans l’opposition minoritaire.

Dans le pays voisin, le Kenya, des manifestations se sont déroulées à Nairobi à la suite de l’invalidation de l’élection présidentielle du 8 août. L'opposition réclame une réforme de la Commission électorale montrée du doigt dans le jugement de la Cour suprême à la suite de la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta.

La nouvelle élection est maintenant prévue le 26 octobre. Sur la prochaine photo, des policiers arrêtent un étudiant de l’Université de Nairobi qui participait à une manifestation contre la détention d’un des leaders de l’opposition.

Elle ne fait plus la une des journaux depuis quelques semaines, mais la situation des déplacés syriens est toujours dramatique. Des centaines de civils ont fui la ville de Deir Ezzor encore cette semaine vers un camp situé en banlieue de Raqqa.

Plusieurs d’entre eux ont perdu la vie alors qu’ils se trouvaient entre les combattants des forces démocratiques syriennes et des forces spéciales américaines, qui tentent actuellement de débarrasser ces villes des derniers combattants du groupe armé État islamique. Les habitants de ces deux villes pourront regagner leurs quartiers lorsqu’ils seront nettoyés des mines et débarrassés des derniers djihadistes.

Dans le pays voisin, l’Irak, alors que les forces armées ont lancé un assaut pour s'emparer de Hawija, le dernier grand fief de l’EI dans le pays, les habitants du Kurdistan irakien se sont prononcés largement en faveur de l’indépendance de leur région lors d’un référendum qui s’est déroulé de façon pacifique.

L’initiative de la région autonome de tenir un vote n’est toutefois pas reconnue par Bagdad, qui a annoncé la suspension de tous les vols internationaux à l’entrée et à la sortie du Kurdistan irakien, une première mesure de rétorsion après le résultat référendaire. La prochaine photo montre des Kurdes faisant la fête dans les rues d’Erbil le soir de la consultation populaire.

Un autre référendum, celui qui se tient dimanche en Catalogne, retient l’attention sur la scène internationale. Dans une région en pleine ébullition à la suite des démonstrations de force du gouvernement espagnol, les partisans catalans de l’indépendance monopolisent l’espace public, comme le montre la prochaine photo prise lors d’une manifestation étudiante pro-indépendance qui se tenait à Barcelone. La question est maintenant de savoir jusqu’où ira Madrid pour empêcher la tenue de la consultation populaire.

La crise humanitaire à la frontière du Bangladesh a connu un nouveau sommet cette semaine : le nombre de réfugiés qui ont fui le Myanmar a dépassé les 500 000 personnes. Cette semaine, une embarcation de Rohingyas a coulé dans le golfe du Bengale, emportant dans la mort 19 d’entre eux, dont de nombreux enfants. La prochaine photo montre des mères et leurs enfants attendant de recevoir des soins dans le camp de Balu Khali.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a réclamé un arrêt des opérations militaires dans l'ouest du Myanmar et a dénoncé encore une fois un cauchemar humanitaire. La prochaine photo aérienne montre un village près de Maungdaw qui aurait été brûlé par l’armée birmane.

Au Mexique, la destruction et la détresse laissées par le tremblement de terre dans la région de Mexico ont fait place au nettoyage et au recueillement, comme le montre cette photo captée sur les lieux nettoyés de l’usine de textile dont l’effondrement avait tué de nombreux travailleurs.

La reconstruction est commencée dans les Caraïbes après le passage des ouragans Harvey, Irma et Maria, comme le montre cette photo de George Giffard et de son voisin, deux habitants de Frederiksted, sur l'île de Sainte-Croix, en train de poser un toit sur leur maison.

Mais plusieurs zones de Porto Rico et des Îles Vierges américaines restent sans électricité et les denrées minimales nécessaires à la survie peinent à parvenir à la population. La prochaine photo prise sur l'île américaine de Sainte-Croix montre un message destiné au président Trump, qui est fortement critiqué pour sa gestion de la crise qui frappe ces territoires américains.

Le président américain s’est placé au centre d’une nouvelle controverse cette semaine après avoir suggéré aux amateurs de boycotter les équipes sportives dont les joueurs ne respectent pas l'hymne national. Ceux-ci s'agenouillent pendant l'hymne national pour dénoncer les violences policières contre les Noirs aux États-Unis.

Mais le président juge qu'il s'agit d’abord d'un manque de respect à l’égard du pays et qu’ils devraient être renvoyés. Une vaste vague de protestation a suivi la prise de position du président, comme le montre cette photo d’un homme d’Indianapolis portant un drapeau et agenouillé lors du passage de la voiture du président Trump.

Le malaise créé par les propos du président n’a pas été le seul moment difficile de la semaine. Un autre projet de loi, qui devait permettre de remplacer l’Obamacare, est mort avant même d’être soumis au vote. De nombreuses manifestations contre ce projet se sont déroulées à travers le pays, comme le montre cette photo d’une manifestante escortée à l’extérieur du Capitole, à Washington.

Les électeurs de l'Alabama ont élu le très à droite Roy Moore lors de la primaire républicaine, un candidat que n'avait pourtant pas soutenu le président Donald Trump, mais qui était appuyé par son ex-conseiller Steve Bannon. Notons que le candidat retenu a déjà affirmé que les attentats du 11 septembre 2001 sont une « punition divine » adressée aux États-Unis pour avoir « légalisé l'homosexualité et l'avortement ».

Terminons notre panorama hebdomadaire en visitant une tribu d’Indonésie de l’île de Sulawesi, dont la tradition pourrait vous faire regretter les rites funéraires occidentaux parfois jugés trop lourds.

Chaque année, lors du festival Ma'nene (faire quelque chose pour les grands-parents), les membres de la tribu Toraja se rendent au site funéraire Loko'mata pour retirer leurs morts des tombeaux. Ils les nettoient, changent leurs costumes et marchent en leur présence à travers le village afin d’obtenir de bonnes récoltes de riz dans l’année à venir. Bonne semaine en images!

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine