Des leaders tombent en disgrâce en Afrique du Sud et en Israël. Un autre tente un retour en Italie. Une nouvelle fusillade frappe une ville sans histoire aux États-Unis, et les partisans des athlètes de la Corée du Nord se font remarquer aux Jeux olympiques de Pyeongchang. Notre retour en images hebdomadaire de l'actualité internationale.

Un texte d’Alain Labelle

C’était la fête de l’amour cette semaine, et le romantique Joe Lodato a profité de son passage à Times Square, à New York, pour faire la grande demande à sa copine Emily Gambarella. Le couple se promenait dans le quartier lorsque le message « Emily, veux-tu m'épouser? » est apparu à la grande surprise de la demoiselle. À la Saint-Valentin, des activités spéciales y sont organisées, comme des demandes en mariage ou même des cérémonies de mariage. Et oui, la principale intéressée a dit « oui ».

Il y a des amoureux qui préfèrent des sensations encore plus intenses à la Saint-Valentin. C’est le cas des Russes Kristina Astakhova et Alexei Rogonov, un couple de patineurs artistiques qui participait à la finale du programme libre aux Jeux de Pyeongchang. Les photographes ont pu saisir certaines photos qui montrent à quel point ce sport peut-être dangereux pour les athlètes. L’histoire ne dit pas s’ils ont célébré leur amour après leur performance, qui n’a pas été suffisante pour les faire monter sur le podium.

Dans les estrades se trouvaient les meneuses de claques nord-coréennes venues encourager les patineurs de leur pays, et dont la chorégraphie millimétrée au quart de tour n’a pas manqué de mettre de l’ambiance dans l’aréna de Gangneung. La présence de ce pur produit de la dictature nord-coréenne suscite quand même un certain malaise en Corée du Sud, si bien que la presse les a surnommées « l'armée des beautés ».

Des partisans d’un autre type se sont rassemblés à Adama, en Éthiopie. L’un des principaux leaders de l’opposition emprisonné depuis 2015, Bekele Gerba, du Mouvement démocratique fédéraliste Oromo, a finalement été libéré de prison, ce qui a mené à un mouvement de célébration dans les rues du pays. L'Éthiopie est secoué par de nombreuses manifestations violentes depuis trois ans en raison d’expropriations massives et durant lesquelles Gerba avait été arrêté.

Toujours en Afrique, celui qui était l’un des leaders les plus en vue du continent, le président Jacob Zuma, d’Afrique du Sud, a été contraint de remettre sa démission, après des semaines de tractations avec son parti, le Congrès national africain (ANC). L’héritage politique de celui qui était au pouvoir depuis neuf ans est miné par de nombreux scandales de corruption.

Un autre dirigeant est également au centre de soupçons de corruption. Le chef de la police israélienne a recommandé la mise en examen du premier ministre Benyamin Nétanyahou pour corruption, fraude et abus de confiance. Si le principal intéressé nie toute faute, de nombreux Israéliens sont quand même descendus dans les rues pour demander sa démission, comme lors d’une grande manifestation qui s’est tenue à Tel-Aviv.

La politique peut parfois réserver des surprises, et les Italiens nous en donneront peut-être la preuve aux élections législatives de mars. L'ancien président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, entend bien diriger une coalition de droite qui le ramènerait au pouvoir sept ans après l’avoir quitté, empêtré dans de nombreux scandales. La coalition du « Cavaliere », aujourd’hui âgé de 81 ans, est en tête dans les sondages, bien que ce dernier soit inéligible jusqu’en 2019, après une condamnation pour fraude électorale. Il ne pourra donc pas gouverner, du moins dans les prochains mois suivant l'élection. Si sa coalition gagnait, il pourrait choisir le prochain premier ministre, et le remplacer par la suite. Réussira-t-il sa campagne de réhabilitation qu’il orchestre depuis quelques mois? La réponse viendra le 4 mars.

Au Brésil, un autre pays habitué aux scandales de corruption, la politique a joué les seconds violons le temps d’un événement annuel incontournable : le Carnaval de Rio. Les écoles de samba ont, comme d’habitude, défilé dans le sambodrome. Si le cœur était à la fête, les chars allégoriques de certaines écoles abordaient quand même certains thèmes reflétant la vie quotidienne dans les favélas comme des fusillades et des hommes d'affaires sans scrupules les poches débordant de billets. Le char de l’école Unidos da Tijuca se voulait pour sa part un hommage au théâtre.

La petite ville de Parkland, en Floride, n’avait pas le cœur à la fête cette semaine. Cette ville américaine décrite comme agréable par ses citoyens a été le théâtre d’une fusillade meurtrière dans une école. Pas moins de 17 personnes sont mortes sous les balles d’un jeune homme de 19 ans dont les comportements particuliers avaient pourtant été signalés au FBI.

L’onde de choc a secoué cette communauté, et de nombreuses personnes ont encore demandé un meilleur contrôle des armes.

Terminons notre survol en images sur une note plus gaie. C’était le Nouvel An chinois et de nombreux citoyens du monde ont célébré le passage à l’année du chien de terre, comme ce fut le cas dans les rues de Shangqui, en Chine. Bonne année et bonne semaine en images!

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine