Départs, votes, scène de dévastation et un revenant... La semaine a été ponctuée d'étonnements. Retour sur l'actualité en photos.

Un texte de Marie Lépine-Loiselle

Parmi les surprises, il y a d'abord eu le tête-à-tête entre les dirigeants des deux Corées.

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, et le président sud-coréen, Moon Jae-in, se sont rencontrés en secret le 26 mai dans la zone démilitarisée. Ils ont discuté notamment des moyens à prendre pour assurer le succès du sommet américano-nord-coréen.

Autre surprise : le journaliste russe qui aurait été assassiné... n'est finalement pas mort!

Arkadi Babtchenko n'a pas été abattu de trois balles dans le dos à l'entrée de sa résidence à Kiev, comme annoncé au départ. Les services secrets ukrainiens ont peu après admis avoir mis en scène le meurtre de ce journaliste très critique envers le Kremlin afin de déjouer un complot de Moscou visant à l'assassiner.

Un dénouement heureux, il y en a eu un autre, en France.

Mamoudou Gassama, migrant malien sans papiers de 22 ans, a été régularisé par le président français, Emmanuel Macron, et s'est fait offrir de travailler comme pompier à Paris. Ce jeune homme, surnommé « Spiderman » par la presse, a escaladé à mains nues la façade d'un immeuble pour sauver un enfant de 4 ans suspendu dans le vide.

En Belgique, trois personnes ont été tuées et quatre autres ont été blessées lors d'une fusillade revendiquée par le groupe armé État islamique.

Un détenu, qui visait délibérément les policiers selon les autorités, a agressé deux policières à l'arme blanche et a tiré sur un civil dans sa voiture. Il s'est ensuite réfugié dans une école, où il a pris une employée en otage, puis a ouvert le feu sur les policiers qui arrivaient sur les lieux. L'attaquant a été abattu par les policiers.

Les forces de l'ordre au Maryland, aux États-Unis, sont aussi en deuil. Les inondations qui ont frappé la ville d'Ellicott City ont tué une personne, Eddison Hermond, un membre de la Garde nationale.

La crue des eaux, qui a été très rapide, a par ailleurs abîmé de nombreux bâtiments.

Des images de dévastation, il est aussi possible d'en voir au Nicaragua.

Depuis la mi-avril, des manifestants réclament la démission du président, Daniel Ortega. Les récentes protestations, qui ont dégénéré, ont fait au moins 11 morts et 79 blessés. Des édifices ont aussi été endommagés, comme un stade et des bureaux de médias.

Les émeutes ont fait à ce jour 98 morts, selon un récent bilan du Centre nicaraguayen des droits de l'homme (CENIDH).

En Italie aussi, une crise politique sévissait. Mais après des mois d'impasse, un nouveau gouvernement de coalition vient de voir le jour.

Le nouveau chef du gouvernement, Giuseppe Conte, s'est allié au Mouvement 5 Étoiles de Luigi Di Maio et à la Ligue d'extrême droite de Matteo Salvini. Ces deux partis sont respectivement un jeune mouvement populiste et un parti d'extrême droite.

Pendant ce temps, au Danemark, un projet de loi porté par le gouvernement de centre droit a été adopté par 75 voix contre 30. Ce texte interdit le port du voile intégral islamique dans l'espace public.

Les contrevenants seront passibles d'amende à partir du 1er août.

Le Danemark a donc voté pour une prohibition, mais l'Irlande, elle, s'est positionnée pour une libéralisation. La population irlandaise était appelée aux urnes pour se prononcer sur la libéralisation de l'avortement. Le camp du oui a pu crier victoire au lendemain du référendum. Il a obtenu 66,4 % des voix.

Une victoire, il y a également celle du Real Madrid. L'équipe de soccer a remporté la finale de la Ligue des champions 3-1 contre le FC Liverpool.

Malgré ce triomphe, certains désirent quitter le navire. Tout juste après avoir remporté sa cinquième Ligue des champions, le portugais Cristiano Ronaldo a indiqué que ce match pourrait avoir été son dernier dans la capitale espagnole. Moins d'une semaine plus tard, celui qui a réalisé l'exploit de détrôner au palmarès les plus grands entraîneurs de l'histoire de la compétition européenne, Zinedine Zidane, annonçait sa démission.

Les Espagnols devront aussi dire au revoir à Mariano Rajoy. Le chef du gouvernement conservateur a été remplacé par le socialiste Pedro Sanchez.

L'homme de 63 ans, coulé par un scandale de corruption, a été renversé par le Parlement. Une motion de censure contre le dirigeant conservateur a été adoptée par une majorité de 180 députés sur 350.

Il s'agit du premier chef de l'exécutif renversé par une motion de censure en Espagne depuis le retour à la démocratie.

Toujours en Espagne, ceux qui sentent le besoin de trouver un peu de sérénité peuvent toujours faire appel à Fernando Noailles qui « parle aux chevaux ». Ce thérapeute a recours aux chevaux pour aider ceux qui souffrent de stress et d'anxiété.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine