Retour

Onze pays demandent au Venezuela de garantir le droit à manifester pacifiquement 

À deux jours d'importantes manifestations pour et contre le régime de Nicola Maduro au Venezuela, 11 pays latino-américains lui demandent de « garantir » le droit de manifester pacifiquement.

Cet appel intervient alors que le président Maduro a reçu l’appui inconditionnel de son armée tout juste après qu'il ait annoncé un important déploiement militaire dans le pays mercredi prochain.

L'opposition, majoritaire au Parlement, a appelé les Vénézuéliens à une immense manifestation le 19 avril (qui concorde avec la date anniversaire de la révolution de 1810 qui a conduit à l'indépendance du Venezuela) afin d'exiger des élections anticipées.

Le gouvernement appelle ses partisans pour le même jour à « la marche des marches », laissant craindre de nouvelles échauffourées.

L'opposition promet que la manifestation sera « le début de la fin pour le chavisme ».

Elle accuse par ailleurs l’armée, qui compterait 500 000 membres, d’être l'unique soutien assurant le maintien au pouvoir de Nicola Maduro. L'armée contrôle la production et la distribution d'aliments, mais aussi une société pétrolière, une télévision, une banque, une usine d'assemblage automobile et une entreprise de construction.

La situation politique au pays s’est détériorée à la fin mars lorsque la Cour suprême, réputée proche du président Maduro, s’est arrogé les pouvoirs du Parlement, avant d’être obligée de faire marche arrière 48 heures plus tard. La vague de manifestations pour et contre le président a fait cinq morts et des centaines de blessés.

À l'instar de 14 pays de l'Organisation des États américains (OEA), dont le Canada, les opposants du président Maduro réclament des élections.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine