Retour

Panama Papers : Mossack Fonseca met fin à ses activités

La firme d'avocats au cœur des Panama Papers, Mossack Fonseca, a annoncé mercredi qu'elle mettait fin à ses activités dans le monde à la suite des « torts irréparables » causés par une « campagne médiatique mondiale basée sur des documents volés ».

Dans un communiqué, la compagnie, présente dans plus de 40 pays et qui comptait plus de 600 collaborateurs dans le monde, soutient avoir été la cible d’une attaque de piratage informatique à l'échelle mondiale.

Selon Mossack Fonseca, le Consortium international des journalistes d’enquête (ICIJ) aurait présenté au monde des informations « volées » et « hors de leur contexte » pour nourrir un « agenda médiatique orchestré par quelques organismes internationaux ».

La firme d'avocats reproche également aux Panama Papers, au-delà d’attaquer « une firme prestigieuse », de s’être acharnés contre le système financier panaméen, comme l'illustre le nom même de l’enquête internationale, peut-on lire dans le communiqué.

Mossack Fonseca rappelle qu'à ce jour, ce n’est qu’au Panama qu’il fait face à des enquêtes, auxquelles l’entreprise a pleinement participé, dit-elle.

En raison de sa réputation entachée, de la campagne médiatique entourant l’entreprise et des « actions irrégulières » du gouvernement panaméen à l'égard du cabinet d'avocats, celle-ci a dû abolir des postes, ce qui a mené à sa fermeture complète.

Mossack Fonseca réitère que l'entreprise n’a jamais fait quoi que ce soit d’illégal et que sa participation aux enquêtes en cours permettra de démontrer la vérité et d’empêcher les organismes et les pays de rendre le Panama moins concurrentiel sur le plan économique.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards