Retour

Paris-Match obtient une entrevue exclusive avec le pape François

« C'est ma chance! », « Je n'ai pas dormi de la nuit », « tant de simplicité et de disponibilité », le ton a été donné par la journaliste du Paris-Match qui a obtenu une entrevue exclusive avec le pape François, qui mise plus sur l'image et la personnalité du pontife que sur son discours.

La pape François, normalement très discret dans les médias, a fait cette exception pour Paris-Match, l'un des plus vieux magazines reconnus pour miser sur le vedettariat. L'entrevue étalée sur 10 pages fait la une du jeudi 15 octobre.

La journaliste Caroline Pigozzi dépeint le pape comme un homme simple qui accueille lui-même les journalistes dans la résidence Sainte-Marthe, sans secrétaire particulier ni garde suisse. C'est d'ailleurs le pape en personne qui a téléphoné à la journaliste pour lui promettre cette entrevue en août dernier.

S'il a ouvert les portes de sa résidence, le pape a toutefois refusé de répondre à certaines grandes questions controversées, notamment sur la famille. L'entrevue se veut plutôt un portrait de la personnalité du souverain pontife, agrémenté des réactions de la journaliste entourant l'évènement.

La personnalité du pape à l'honneur

L'entretien qui fait l'envie de plusieurs compétiteurs a toutefois été critiqué, notamment par le journal Le Monde, pour la mise en scène et l'absence de distance journalistique de Caroline Pigozzi envers le pape.

En entrevue avec Anne-Marie Dussault à l'émission 24/60, le directeur de la rédaction de Paris-Match, Olivier Royant, défend sa journaliste et explique que l'objectif était de capter « l'expression d'un moment ». « Ce qui lui donne le droit d'avoir ce regard sur le pape aujourd'hui, c'est que ça fait 20 ans qu'elle suit le Vatican », affirme-t-il.

Olivier Royant n'hésite pas à critiquer les commentaires du journal Le Monde, les qualifiant de pitoyables.

M. Royant dit plutôt que ce sont les contacts que le magazine a faits avec les amis de Jorge Mario Bergoglio en Argentine, lorsqu'il a été nommé pape il y a deux ans et demi, qui ont permis de nouer les premières relations avec le souverain pontife. « Lorsque ses amis lui ont rendu visite à Rome, ils lui ont parlé de Paris-Match », rappelle-t-il.

Selon M. Royant, même si l'on ne sait pas ce qui ressortira du synode sur la famille à Rome, Caroline Pigozzi a très bien montré dans cet entretien la psychologie du jésuite qu'est le pape François. « Avant de rentrer sur ce que seront les réformes, je pense que c'est d'abord important d'analyser sa personnalité, ce qu'il est aujourd'hui », dit-il.

Le magazine Paris-Match est devenu célèbre pour ses couvertures mettant en vedette des personnalités publiques et politiques, comme François Mitterand ou la famille royale de Monaco. Une couverture qui est très importante pour le magazine, selon Olivier Royant.

Selon Olivier Royant, les gens ont toujours vu la couverture de Paris-Match comme une sorte de tableau d'honneur. Sans renoncer à la rigueur journalistique, le directeur de rédaction croit que le succès du Paris-Match vient de la façon dont les entrevues sont faites. « On ne veut pas voir les hommes politiques devant leur tribune [...] on court après les moments vrais », conclut-il.

Plus d'articles

Commentaires