Retour

Pas d’importation d’oeufs contaminés au Canada

Le Canada n'a pas encore importé d'oeufs en provenance de l'Union européenne (UE), aux prises avec un scandale de contamination dans le secteur, selon l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA).

« Seule l’importation d’ovoproduits pasteurisés en provenance de l’Union européenne est permise depuis janvier 2017 par l’ACIA, indique par courriel Maria Kubacki, relationniste pour l’Agence. L’importation des œufs de table n’est pas permise. Ceci étant dit, il n’y a pas eu d’importation à ce jour. »

Si jamais des produits de l’oeuf arrivaient en sol canadien, l’ACIA « procéderait à une inspection et un échantillonnage pour vérifier la présence de résidus chimiques », explique-t-elle en ajoutant que l’Agence suit de près le scandale en Europe.

Le risque est d'autant plus limité que l'importation de ces produits est limité à 5 % de la capacité de production au Canada, indique l'agronome et professeur à l'Université McGill, Pascal Thériault.

« Les chances d’avoir importé des produits au Canada qui contiennent des oeufs européens sont quand même substantielles depuis neuf mois », nuance Sylvain Charlebois, doyen de la Faculté de management Université Dalhousie, à Halifax, tout en ajoutant que « les risques de contamination sont relativement minces. »

En effet, une fois que le produit est pasteurisé, un processus utilisé abondamment en transformation alimentaire en Europe comme ici, il y a peu ou pas de risque de contamination au fipronil, l'insecticide présent dans des milliers d'oeufs européens, explique cet expert en économie alimentaire.

Bien que le Canada n'importe pas d'oeufs frais de l'Union européenne, il faudrait manger entre 7 et 15 oeufs par jour pour subir les effets nocifs du fipronil, selon des études européennes.

Que se passe-t-il en Europe?

Depuis le 1er août, des millions d’oeufs contaminés au fipronil ont été découverts dans 15 pays de l’Union européenne (UE), la Suisse et Hong Kong. L’utilisation de cet insecticide contre les poux et les tiques est pourtant interdite sur les animaux destinés à la consommation, comme les poules et leurs oeufs.

Le scandale éclate quand les Pays-Bas annoncent avoir détecté la substance toxique dans des centaines de milliers d’oeufs et bloqué des dizaines d’exploitations avicoles.

La Belgique emboîte le pas en révélant avoir mené une enquête à ce sujet. Son agence sanitaire établit un lien avec ChickFriend, une entreprise néerlandaise qui a reconditionné un produit supposément naturel contre le pou rouge. Celle-ci a en fait obtenu le désinfectant d’une société belge, Poultry-Vision, selon les médias belges et néerlandais.

Le 20 juillet, la Belgique lance l’alerte auprès de l’UE, suivi des Pays-Bas et l’Allemagne.

Jeudi, La Haye a reconnu qu’une source anonyme avait repéré le contaminant dans un élevage au mois de novembre 2016. Des dizaines d’exploitations qui ont utilisé le fipronil sont bloquées en France, en Belgique, en Allemagne et aux Pays-Bas.

Or, les oeufs contaminés ont déjà été consommés, tels quels ou transformés, a-t-on appris vendredi. Dans la foulée des révélations, l’UE a proposé vendredi de réunir les pays touchés.

Un produit dangereux?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère le fipronil « modérément toxique » pour l’homme. Bien qu’en grande dose il soit nocif pour les reins, le foie et la thyroïde, cet antiparasite n’est présent qu’en faible concentration dans les oeufs, ce qui rend le risque d’empoisonnement très faible.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine