Retour

Plusieurs morts dans une manifestation anti-gouvernement à Kaboul

Les forces de sécurité ont tiré en l'air vendredi à Kaboul pour repousser des centaines de manifestants qui réclamaient la démission du président Ashraf Ghani, au surlendemain de l'attentat au camion piégé qui a fait plus de 80 morts dans la capitale afghane.

Au moins quatre personnes, dont le fils d'un responsable politique, ont été tuées dans les heurts entre protestataires et forces de l'ordre, a déclaré un responsable de l'hôpital d'urgence de Kaboul, géré par l'Italie.

Un millier de manifestants se sont rassemblés près du site de l'explosion, qui a également fait 460 blessés, en pointant la responsabilité de Ghani et de son chef de gouvernement, Abdullah Abdullah.

Les forces de l'ordre en tenue antiémeute sont intervenues quand les protestataires, dont beaucoup jetaient des pierres, ont tenté d'accéder à l'avenue conduisant au palais présidentiel.

« Ghani! Abdullah! Démission! Démission! » proclamait une banderole sur laquelle avaient été apposées les images d'enfants ensanglantés.

Des manifestants ont également réclamé l'exécution de membres emprisonnés du réseau Haqqani, un groupe djihadiste lié aux talibans que les services de renseignement jugent responsable de l'attaque.

L'attentat est l'un des plus sanglants depuis la défaite des talibans en 2001, chassés du pouvoir par les Américains.

Au cours des trois premiers mois de l'année, 715 civils ont déjà trouvé la mort dans les violences terroristes en Afghanistan, après 3500 en 2016, l'année la plus meurtrière à ce jour dans le pays pour la population civile.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine