Retour

Poutine s’oppose à de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord

Le président russe s'est opposé mardi à l'adoption de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, estimant ce recours « inutile et inefficace » pour dissuader le régime de poursuivre le développement de son arsenal nucléaire.

Vladimir Poutine a en revanche fustigé toute éventuelle réponse militaire, une option que Washington n'a pas exclue. « S'engager dans une hystérie militaire n'a aucun sens, c'est un chemin qui mène à l'impasse », a-t-il prévenu.

« La Russie condamne ces exercices » de la Corée du Nord, qui revendique l’essai d’une bombe H, a cependant précisé le chef du Kremlin, s'exprimant en marge d'un sommet des puissances émergentes, en Chine. « Nous estimons que ce sont des provocations. »

Les Nord-Coréens « ne vont pas renoncer à leur programme (nucléaire) s'ils ne se sentent pas en sécurité. Il faut chercher à lancer un dialogue entre toutes les parties intéressées », a encore plaidé Vladimir Poutine.

Suite au sixième essai nucléaire de Pyongyang, les États-Unis et leurs alliés européens et japonais avaient annoncé lundi vouloir négocier de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord. Mais la position de Pékin et Moscou, dotés d'un droit de veto, restait incertaine.

M. Poutine semble donc rejoindre la position défendue par Pékin, qui prône une « résolution pacifique » de la crise nord-coréenne et la reprise de pourparlers avec le régime de Kim Jong-Un.

Manœuvres navales à tirs réels

Parallèlement, la marine sud-coréenne a mené mardi matin des manoeuvres à tirs réels en mer du Japon afin de dissuader Pyongyang de toute provocation.

L’exercice a notamment impliqué la frégate Gangwon, de 2500 tonnes, un patrouilleur de 1000 tonnes, et un navire lance-missiles de 400 tonnes, a précisé Séoul dans un communiqué.

« Si l'ennemi se lance dans une quelconque provocation, sur mer ou sous les flots, nous allons immédiatement répondre et l'envoyer par le fond », a prévenu le capitaine Choi Young-chan, commandant du 13e groupe naval des forces armées sud-coréennes.

En réaction au test nucléaire de Pyongyang, la Corée du Sud avait dès lundi lancé des manoeuvres terrestres à tirs réels.

Une puissance sans précédent

Dimanche, le régime de Pyongyang avait signé son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour, affirmant avoir testé une bombe H qui pourrait être montée sur un missile balistique intercontinental (ICBM).

Aucun expert indépendant n’a cependant confirmé qu’il s’agissait bel et bien d’une bombe H.

La tension autour du programme d'armement nucléaire nord-coréen a singulièrement monté ces dernières semaines.

L’essai nucléaire vient s'ajouter à de nombreux tirs de missiles par les forces de Pyongyang, dont deux tirs de missiles balistiques intercontinentaux qui semblent mettre le territoire américain à portée de frappe.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine