Retour

Présidentielle au Pérou : Kuczynski en tête d'un second tour serré

Pedro Pablo Kuczynski est très légèrement en tête du second tour de l'élection présidentielle au Pérou avec 50,28 % des voix contre 49,62 % pour sa rivale Keiko Fujimori, selon les derniers résultats du scrutin. Toutefois, le résultat définitif de l'élection ne sera connu que dans quelques jours.

Ces chiffres, encore préliminaires, ont été publiés par la commission électorale après le dépouillement de 94,2 % des bulletins de vote. Environ 100 000 voix séparent l'ex-banquier de Wall Street de la fille de l'ancien chef d'État Alberto Fujimori.

« L'élection est trop serrée pour déclarer un vainqueur », a commenté l'analyste Adam Collins, du cabinet Capital Economics. « Un renversement de dernière minute en faveur de Mme Fujimori n'est pas à exclure ».

Le chef des autorités électorales péruviennes (ONPE), Mariano Cucho, a prévenu que les résultats définitifs pourraient n'être connus que mercredi ou jeudi, puisqu'il manque encore le vote de certaines régions rurales et celui des électeurs à l'étranger. Un autre décompte sera communiqué mardi.

De plus, environ 1,5 % des bulletins font l'objet de contestations et devront être révisés par la commission électorale, une procédure qui pourrait durer jusqu'à une semaine.

Élection serrée

« Nous accueillons ces résultats préliminaires avec optimisme, mais avec modestie », a déclaré Pedro Pablo Kuczynski à ses partisans rassemblés dans le centre de la capitale, Lima. L'ancien économiste, âgé de 77 ans, a invité ses électeurs à attendre la proclamation des résultats officiels avant de faire la fête.

Keiko Fujimori, candidate pour le parti Fuerza Popular, était largement favorite depuis des mois et est très populaire dans les régions rurales. « C'est une élection serrée, sans aucun doute. Cela nous montre la vitalité de la démocratie dans notre pays et cela me rend très fière », a-t-elle dit lors d'un discours prononcé devant ses partisans à Lima.

La candidate conservatrice a tout fait pour se distancier de son père, Alberto Fujimori, à la tête du Pérou de 1990 à 2000 et qui a été au cœur d'un conflit interne qui a fait 70 000 morts ou disparus. Il a d'ailleurs été condamné à 25 ans de prison pour corruption et crime contre l'humanité.

Au premier tour, le 10 avril, Keiko Fujimori avait recueilli près de 40 % des voix, loin devant le candidat de centre-droit Pedro Pablo Kuczynski (22 %). Mais un mouvement « anti-Keiko » a creusé l'écart.

Même si le vote est obligatoire au Pérou, sous peine d'amende, plus de 17 % des électeurs n'ont pas participé au scrutin.

Plus d'articles

Commentaires