Retour

Priorité à la paix, place à la prévention, plaide le nouveau secrétaire général de l'ONU

Le nouveau secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, entré en fonction le 1er janvier, prône une « toute nouvelle approche » pour prévenir les guerres.

L'ancien premier-ministre portugais a profité de sa première intervention formelle devant le Conseil de sécurité, au siège de l’ONU, à New York, pour exposer sa vision, axée sur la prévention et une diplomatie revitalisée.

Nous devons rééquilibrer notre approche. Depuis des décennies, nous avons surtout été réactifs face aux conflits. À l’avenir, nous devrons en faire plus pour prévenir la guerre et maintenir la paix.

Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

Il faut donc s’attaquer aux racines des conflits, a-t-il fait valoir, en mentionnant entre autres la marginalisation et l’exclusion, la gouvernance inadéquate, l’iniquité, le chômage des jeunes, les rivalités malsaines visant à s'emparer des ressources et les divisions sectaires.

« Les agences humanitaires et les acteurs du développement doivent travailler ensemble pour aider les États à prévenir les crises et à renforcer la résilience de leurs sociétés, a-t-il plaidé. Le dispositif fragmenté actuel ne nous donne pas la capacité de nous attaquer aux causes profondes des conflits. »

Les Nations unies entendent accentuer leurs capacités d’intervention et de médiation, à la fois à leur siège et au cœur des pays touchés par l’instabilité.

« Là où les guerres font rage, nous avons besoin de médiation, d'arbitrage et d'une diplomatie créative soutenue par tous les pays qui ont de l'influence », a déclaré Antonio Guterres.

Égalité hommes-femmes et multiculturalisme

M. Guterres souhaite de plus mettre davantage de l'avant les droits des femmes. « Il est fondamental aussi de faire en sorte que les femmes et les filles participent pleinement à l'édification de sociétés inclusives et résilientes », a-t-il insisté.

Lorsque l'égalité de genre imprègne le tissu social, lorsque les femmes et les hommes font face aux difficultés en tant que partenaires égaux, les sociétés ont de bien meilleures chances de parvenir à la stabilité et de préserver la dignité humaine et la prospérité.

Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

M. Guterres a souligné que le multiculturalisme s’installe de plus en plus dans le monde.

« Nous devons investir davantage sur les plans politiques, culturels et économiques, dans l’inclusivité et la cohésion, afin que les citoyens voient les bienfaits de la diversité au lieu de la percevoir comme une menace, a-t-il affirmé. Tous les groupes doivent sentir à la fois que leur identité est respectée et qu’ils font partie d’un tout. »

M. Guterres a succédé au Sud-Coréen Ban Ki-moon au poste de secrétaire général en s’engageant à redoubler d'efforts pour résoudre les conflits, mais aussi à amener plus loin l'organisation dont l'étoile a pâli dans les dernières années, entre autres quand des Casques bleus ont été prix dans des scandales sexuels.

Ensemble, nous devons faire preuve de leadership et renforcer la crédibilité et l’autorité de l’ONU, et donner la priorité à la paix. Mettre fin à la souffrance humaine et au gaspillage des ressources qu’entraînent les conflits est dans l’intérêt de tous.

Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

Le facteur Trump

Les plans de M. Guterres pourraient bien rencontrer un obstacle en la personne du président désigné des États-Unis, Donald Trump, qui entrera en fonction dans dix jours.

Il y a quelques semaines, en réaction au vote d'une résolution du Conseil de sécurité réclamant l'arrêt de la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens, M. Trump avait déclaré sur Twitter que « les choses changeront à l'ONU après le 20 janvier ». Il a aussi déjà comparé l’ONU à un « club social ».

Les intentions de M. Trump sur la scène internationale demeurent cependant largement inconnues.

De plus, les deux hommes ont eu en début d'année une conversation téléphonique qu’un porte-parole onusien a qualifiée de « très positive »

Plus d'articles

Commentaires