Retour

Rescapés de la grotte en Thaïlande : sains et saufs

Les 12 garçons de l'équipe de soccer Wild Boar rescapés de la grotte dans laquelle ils avaient passé plus de deux semaines en Thaïlande vont bien, même s'ils sont toujours sous surveillance à l'hôpital.

Les enfants, qui ont tous perdu du poids, recommencent à manger graduellement.

Ceux-ci resteront une semaine à l’hôpital, sans pouvoir approcher leurs parents et en leur parlant à travers une vitre pendant les premiers jours. Les médecins les gardent en quarantaine pour s'assurer qu'ils ne contractent aucune maladie, vu leur fragilité actuelle.

Après des tests médicaux, il appert que les quatre derniers garçons à être évacués mardi n’ont pas contracté d’infections sérieuses. Deux enfants sont sous antibiotiques pour traiter les symptômes d’une pneumonie.

Par ailleurs, même si « tout le monde est en bonne santé mentale », selon un responsable du ministère de la Santé, ils bénéficieront d’un suivi psychologique pendant plusieurs mois.

Selon les autorités, la présence de leur entraîneur de 25 ans, passé par des séjours dans des monastères bouddhistes, a été un facteur rassurant pour les jeunes.

« Ils étaient tous ensemble, comme une équipe, à s'entraider. Leur entraîneur a très bien géré la situation », a souligné mercredi Thongchai Lertwilairatanapong, du ministère de la Santé, lors d'une conférence à l'hôpital de Chiang Rai où ils sont hospitalisés.

Le sauvetage de l'équipe de soccer a donné lieu à des manifestations de joie à travers toute la Thaïlande.

Le sauvetage

Pour réussir à transporter les enfants sous l’eau sans qu’ils paniquent, le gouvernement thaïlandais a avoué mardi qu’on leur avait donné des tranquillisants.

« Certains d'entre eux étaient endormis, d'autres remuaient les doigts [comme s'ils] étaient étourdis. Mais ils respiraient », a détaillé le commandant Chaiyananta Peeranarong, qui a été le dernier plongeur à sortir de la grotte à l'issue du sauvetage.

Les 12 garçons, qui portaient des bouteilles de plongée et qui étaient, chacun, attachés à un plongeur adulte, ont dû être submergés pendant la plus grande partie du parcours de près de 3,2 km.

Ils étaient transportés sur des civières chaque fois qu'ils arrivaient sur des parcelles de terre, où des médecins vérifiaient leur état et leur pouls.

Dimanche, lundi et mardi, trois opérations de sauvetage ont été organisées pour sortir les enfants et leur entraîneur de la grotte où ils étaient emprisonnés, auxquelles une équipe d'élite de 19 plongeurs a participé. Un Canadien de Vancouver, Erik Brown, faisait partie du lot.

Avant de se risquer à sortir les enfants, les plongeurs avaient consacré toute la semaine dernière au transport du matériel, des réservoirs d'oxygène et d'air, des fournitures médicales et de la nourriture, ainsi que des pompes de taille industrielle pour faire baisser l’eau accumulée dans la grotte.

Selon The Guardian, certaines de ces pompes sont tombées en panne quelques heures après l'évacuation du dernier garçon.

Trois plongeurs australiens qui ont participé à l’opération ont affirmé qu’ils étaient, avec des secouristes, encore à plus de 1,5 km à l'intérieur de la grotte pour nettoyer l'équipement utilisé lorsque les pompes sont tombées en panne, ce qui a entraîné une augmentation rapide du niveau de l’eau.

Plus d'articles