Retour

Roman Polanski risque toujours la prison aux États-Unis

La justice américaine refuse de rouvrir le dossier du réalisateur Roman Polanski, menaçant du coup le réalisateur d'être arrêté s'il revient aux États-Unis, 40 ans après les faits.

Le juge Scott Gordon du tribunal supérieur de Los Angeles a estimé, dans sa décision rendue lundi, qu'il n'y avait « pas de base suffisante ou convaincante pour réexaminer ces questions ».

L’avocat du cinéaste, Harland Braun, avait demandé à la Cour supérieure de Los Angeles de dévoiler le témoignage du procureur, en 1977, qui devait établir que Polanski avait conclu un accord lui évitant l'emprisonnement.

Réagissant au jugement, Harland Braun a déclaré qu'il s'agit d'« une tentative de plus de la part du tribunal supérieur de Los Angeles de couvrir leur mauvaise conduite par le passé », évoquant la « corruption » du système judiciaire.

Roman Polanski avait fait savoir qu'il voulait revenir aux États-Unis pour mettre fin à l'affaire.

Dans un plaidoyer daté de 1977, le réalisateur avait plaidé coupable à un chef d'accusation de détournement de mineure, pour avoir eu une relation sexuelle avec Samantha Gailey, âgée de 13 ans à l’époque, durant une séance de photos à Los Angeles. On avait alors ordonné au cinéaste de passer un examen psychiatrique à la prison d'État de Chino, où il avait été incarcéré pendant 42 jours.

Après avoir accepté une entente avec le procureur, Polanski avait fui les États-Unis, craignant une longue peine de prison si l’accord était annulé. Depuis, Roman Polanski n'a plus mis les pieds en sol américain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine