Retour

Saint-Pierre-et-Miquelon, un mélange d’Europe et d’Amérique

Le 16 janvier 1998, le cargo chypriote « FLARE » sombre au large des îles de Saint-Pierre-et-Miquelon. Plus de 20 membres de l'équipage périssent dans ce naufrage. Une tragédie qui attire l'attention sur cet archipel français situé à quelques kilomètres de la côte de Terre-Neuve.

Au large de l’Atlantique, Saint-Pierre-et-Miquelon demeure aujourd’hui le seul territoire français d’Amérique du Nord. L’archipel se compose de trois îles : Saint-Pierre, la plus peuplée, ainsi que Langlade et Miquelon, plus sauvages.

De sa voix si distinctive, le présentateur Henri Bergeron nous transporte sur ces îles françaises à l’émission Le Point d’interrogation du 26 septembre 1961. Entre les reportages, Nicole Germain anime un jeu-questionnaire sur l’histoire miquelonnaise.

L’histoire de Saint-Pierre-et-Miquelon remonte à l’arrivée des colons français en Amérique, attirés par les riches bancs de morues. À la ratification du traité d’Utrecht de 1713, la France abandonne la colonie, mais la récupère officiellement lors du traité de Paris de 1763.

Saint-Pierre à l’heure de la prohibition

Au magazine d’information Le Point du 9 mars 1982, le journaliste Jean-François Lépine fait le portrait de la situation économique de l’archipel. La majorité de la population vit autour des activités portuaires de Saint-Pierre.

Dans le passé, ce peuple de pêcheurs a connu la prospérité grâce à des activités bien particulières telles que le commerce d'armes lors de la guerre d’indépendance américaine.

Dans les années 1920, les marins saint-pierrais font fortune avec la vente clandestine d’alcool envoyé aux États-Unis. Comme l’explique l’ancien maire Joseph Lehuenen, Saint-Pierre servait de base de stockage. Les boissons alcoolisées étaient entreposées dans des remises et de petits magasins. « Tout le monde était orienté vers le commerce de la fraude ».

Une époque de prospérité temporaire qui, comme le dit Jean-François Lépine, « fait maintenant partie du folklore ».

La tragédie maritime de 1998

Le 16 janvier 1998, pendant la traversée de Rotterdam à Montréal, le vraquier « FLARE » se fend en deux sous l'impact des vents violents et de la mer. Au bulletin de nouvelles Atlantique ce soir, la journaliste Solveig Miller raconte le naufrage du navire survenu tôt le matin.

Des rescapés de l’équipage majoritairement philippin témoignent. Transportés dans un hôpital de Saint-Pierre-et-Miquelon, ils souffrent tous d’hypothermie.

La journaliste explique que même si les recherches se poursuivent, il y a peu d’espoir de retrouver des survivants.

Seuls quatre marins sur les 25 membres de cet équipage survivront au naufrage.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »