Retour

Saisie record d'écailles de pangolin en Côte d'Ivoire

Les autorités ivoiriennes ont mis la main au collet d'un groupe de trafiquants qui tentaient d'écouler en Asie une cargaison de trois tonnes d'écailles issues du braconnage de milliers de pangolins dont l'espèce est menacée d'extinction.

Au moins huit suspects ont été appréhendés dans cette affaire, a annoncé le capitaine Thimotée Gnahore, de l'Unité de lutte contre la criminalité transnationale, lors d'une conférence de presse à Abidjan.

Ces trois tonnes d’écailles saisies proviennent des carcasses d’au moins 4000 pangolins, un petit mammifère insectivore semblable à un tatou. Les animaux auraient été capturés en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso et au Liberia, selon l'organisation de défense de la nature Eagle, qui a aidé les gardes forestiers à réaliser cette saisie.

D’un aspect très particulier, le pangolin est le seul mammifère entièrement recouvert d’écailles. Il vit dans les forêts tropicales et équatoriales d'Afrique et d'Asie du Sud-Est.

Ce petit animal menacé d’extinction est l’un des animaux les plus convoités par les amateurs de médecine traditionnelle asiatique qui prêtent à ses écailles des vertus curatives ou aphrodisiaques. Au Vietnam et en Chine, on paie près de 1500 $ le kilo pour des écailles de pangolin.

Les autorités estiment qu’au moins 1 million de pangolins ont été capturés pour alimenter ce trafic au cours des 10 dernières années.

Malheureusement, les lois ivoiriennes sur la protection des animaux ne prévoient qu’un an de prison pour ce type de crime, déplore l’ONG Eagle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine