Le consulat des États-Unis a été pris pour cible par deux femmes armées en Turquie, et trois autres attaques se sont produites aujourd'hui dans le pays. Le consulat américain a annoncé qu'il sera fermé au public jusqu'à nouvel ordre.

Cet attentat à Istanbul a été revendiqué par un groupe d'extrême gauche sur le web, le Parti-Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C). Le groupe affirme que « la lutte continuera jusqu'à ce que l'impérialisme et ses collaborateurs quittent notre pays et que chaque pouce de notre territoire soit libéré des bases américaines ».

En 2013, le DHKP-C avait aussi revendiqué un attentat-suicide, qui avait fait un mort, contre l'ambassade américaine à Ankara.

Une fusillade a opposé les deux femmes aux forces de l'ordre devant les locaux du consulat situé dans le quartier de Sariyer. Une des femmes, blessée, a été arrêtée par les policiers, rapportent les médias locaux.

Sa compatriote en fuite, Hatice Asik, qui est âgée de 42 ans, est une militante du DHKP-C, selon l'agence officielle Anatolie.

La Turquie, cible de plusieurs attaques

Dans le sud-est du pays, à proximité des frontières de l'Irak et de la Syrie, l'attaque la plus meurtrière a tué quatre policiers lors de l'explosion d'une bombe le long d'une route.

Dans le même secteur, un soldat turc est mort au moment où son hélicoptère militaire, qui décollait, a été la cible de tirs de rebelles kurdes. Au moins sept personnes ont été blessées.

Le commissariat du quartier de Sultanbeyli a, par ailleurs, été pris la cible d'une explosion qui a fait quatre morts et dix blessés, selon la police. Un des assaillants a été tué lors de l'explosion et deux autres sont décédés lors d'échanges de coups de feu, selon le bureau du gouverneur d'Istanbul.

Le gouvernement accuse les séparatistes kurdes d'être les auteurs de l'attaque. 

La Turquie est en état d'alerte depuis qu'elle a lancé en juillet une « guerre synchronisée contre le terrorisme ». Cette opération prévoit des frappes contre le groupe armé État islamique (EI) et les forces kurdes qui se trouvent dans le nord de l'Irak.

Plus d'articles

Commentaires