Retour

Siemens fusionne ses activités ferroviaires avec Alstom, au détriment de Bombardier

Siemens a annoncé la signature d'un protocole d'accord garantissant la fusion de ses activités ferroviaires avec Alstom, mardi après-midi. Le groupe allemand entre ainsi au capital de son concurrent français à hauteur de 50 %.

Il s’agit d’une mauvaise nouvelle pour Bombardier Transport, dont le siège social est à Berlin et qui cherchait aussi à rapprocher ses activités avec Siemens afin de faire face à la concurrence du géant chinois CRRC.

La fusion d'Alstom avec la division ferroviaire de Siemens (Siemens Mobility Solutions) donnera naissance à un poids lourd franco-allemand de 22,2 milliards de dollars canadiens (15,3 milliards d'euros) de chiffre d'affaires, à peu près la moitié des revenus affichés par CRRC.

Alstom, Siemens, Bombardier et CRRC sont les quatre spécialistes du rail d’importance à l’échelle mondiale.

M. Kaeser ajoute que Siemens et Alstom créeront « un nouveau champion européen dans l'industrie ferroviaire pour le long terme ».

Le siège mondial du groupe sera situé à Paris et la nouvelle entité restera cotée en bourse en France. Le siège de Siemens Mobility demeurera à Berlin, en Allemagne.

La nouvelle entité, baptisée Siemens Alstom, sera dirigée par l'actuel président-directeur général d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge et regroupera 62 300 salariés dans plus de 60 pays.

Elle bénéficiera d’un carnet de commandes de 89,2 milliards de dollars (61,2 milliards d’euros), un résultat d’exploitation ajusté de 1,7 milliard (1,2 milliard d’euros) et une marge d’exploitation ajustée de 8,0 %, sur la base d’informations extraites des derniers états financiers d’Alstom et de Siemens.

Le rapprochement de Siemens et d'Alstom devrait produire des synergies annuelles de 685 millions de dollars (470 millions d’euros) au plus tard quatre ans après la réalisation de l’opération. Les deux groupes souhaitent boucler la transaction d'ici la fin 2018.

Plus tôt cette année, des reportages avaient fait état d'échanges entre Bombardier et Siemens à propos de la création d'une coentreprise spécialisée dans la construction de trains ainsi que d'équipement de signalisation ferroviaire.

Le groupe Bouygues a annoncé soutenir le rapprochement entre Siemens et Alstom, dont il est le principal actionnaire avec 28,2 % du capital. Il s'est engagé à conserver tous ses titres d'Alstom jusqu'à l'assemblée générale extraordinaire du groupe français de transport en 2018.

À la Bourse de Toronto, l'action de Bombardier a clôturé à 2,27 $, en hausse de 13 ¢, ou 6,07 %, même si Washington n'avait toujours pas indiqué s'il allait imposer ou non des mesures punitives sur la C Series à la suite d'une plainte de Boeing.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine