Retour

Sitôt élu à la tête de l'ONU, Guterres prend position sur la Syrie

Le secrétaire général élu de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé les grandes puissances de la planète à surmonter leurs divisions sur la Syrie lors de son premier discours à l'ONU suivant son élection par l'Assemblée générale. « Quelles que soient les divisions, il est plus important de s'unir », a-t-il déclaré, deux jours avant que ne reprennent de nouvelles discussions internationales sur le conflit.

Les États-Unis et la Russie, qui avaient « suspendu » leur dialogue sur la Syrie, ont annoncé la tenue de deux réunions internationales sur le sujet. La première réunion se tiendra samedi à Lausanne, la seconde dimanche à Londres.

Pour conduire ces nouveaux pourparlers, Washington et Moscou se sont adjoint le soutien de puissances arabes et européennes.

« Les pays [...] vont se retrouver à nouveau pour essayer de faire avancer le processus de paix. Je ne peux que souhaiter qu'ils réussissent, car c'est notre obligation morale à tous de mettre un terme aux souffrances du peuple syrien », a déclaré l'ex-haut-commissaire aux réfugiés de l'ONU.

Ancien premier ministre du Portugal, M. Guterres a également estimé qu'il fallait « combattre avec détermination » tant les « groupes terroristes et les extrémistes violents » que « l'expression du populisme et de la xénophobie », qui « se renforcent mutuellement ».

Élu par acclamation par l'assemblée des 193 pays membres de l'ONU en matinée, M. Guterres prendra la direction de l'ONU le 1er janvier prochain. Il succédera à Ban Ki-moon, qui termine un deuxième mandat de cinq ans à la tête de l'organisation internationale.

Plus d'articles