Retour

Standing Rock : des manifestants refusent de partir malgré le risque d'inondation

Des manifestants ont incendié des abris de bois avant leur départ du camp de Standing Rock, occupé depuis l'été dernier par des Sioux et des environnementalistes pour protester contre la construction de l'oléoduc Dakota Access.

La plupart des manifestants ont quitté les lieux pacifiquement, mais certains ont décidé de demeurer sur place. Plusieurs ont placé des barbelés devant l'une des entrées du camp.

Le Corps des ingénieurs de l'armée américaine (USACE) et le gouverneur du Dakota du Nord, le républicain Doug Burnum, avaient donné jusqu’à 14 h, heure locale (15 h HNE), aux protestataires restants pour partir. Les autorités locales ont fait valoir que des inondations printanières menaçaient leur sécurité.

Les protestataires et les forces de l’ordre se sont affrontés à plusieurs reprises depuis que le camp a été installé, et pas moins de 700 personnes y ont été arrêtées. Le bureau du shérif de Morton admet que d’autres arrestations pourraient se produire mercredi, tout en assurant que ce n’est pas ce qu’il souhaite.

« Nous préférons gérer cela de manière plus diplomatique, plus compréhensive », a fait savoir une porte-parole, Maxine Herr. Un centre de transition érigé sur place offrira de l’eau, de la nourriture et des soins de santé aux derniers protestataires. Ils pourront aussi recevoir un billet d’autobus ou un bon pour une chambre d’hôtel.

Certains manifestants ont bel et bien l’intention de quitter les lieux, mais d’autres entendent y rester, quitte à être arrêté. Selon le militant autochtone Chase Iron Eyes, « certains feront de la résistance civile pacifique […] en se tenant les mains et en priant debout » et sont prêts à aller en prison pour leur cause.

Une autre leader, Phyllis Young, croit pour sa part que la majorité des protestataires iront s’installer dans d’autres camps, qui font leur apparition quelques centaines de mètres plus loin.

« Les camps vont continuer », assure Mme Young. « La liberté est dans notre ADN, et nous n’avons pas le choix de poursuivre la lutte. »

Les Sioux de Standing Rock avaient demandé en décembre dernier aux protestataires de quitter le camp, situé sur un terrain appartenant à l’USACE, en faisant valoir que leur bataille pour protéger leur terre sacrée et leur source d’eau potable allait se transporter devant les tribunaux.

À cette époque, l’administration Obama avait suspendu le projet de 3,8 milliards de dollars, qui doit permettre de relier la formation géologique de Bakken (dans le Dakota du Nord) à l'Illinois sur une distance de 1885 kilomètres. Le projet a cependant été relancé par un décret signé par le président Donald Trump quatre jours après son entrée en fonction.

L'oléoduc est pratiquement terminé, à l'exception d'une portion du tracé située sur des terres fédérales près du lac Oahe, un réservoir du fleuve Missouri situé dans le Dakota du Sud.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les glucides mettent-ils notre santé en jeu?





Rabais de la semaine