RÉCIT - La large trace dans le chemin de terre ne trompe pas. « Un tigre était couché là, cette nuit », dit tout excité Ramsingh, le naturaliste qui m'accompagne. « Il faut faire vite, le soleil n'est pas encore levé. »

Un reportage de Thomas Gerbet, correspondant en Inde

Ce matin, les cerfs sont plus craintifs que d'habitude. Leur queue est relevée, ils sont aux aguets. Quelque part, dans la forêt aux vastes herbes jaunes, un félin rôde.

Nous nous enfonçons dans la jungle du parc national Ranthambore, dans l'État du Rajasthan, dans le nord-ouest de l'Inde. Soudain, une nouvelle trace dans le sable : cette fois, c'est une empreinte de pas.

« C'est un mâle », conclut Ramsingh. La piste est bonne. Nous sommes dans la même direction que l'animal sauvage.

Le soleil est maintenant levé, la chaleur se fait plus intense. « On va s'arrêter à côté d'un point d'eau et attendre », dit le naturaliste. Le tigre va certainement venir chercher de la fraîcheur.

Les oiseaux semblent s'exciter, comme pour nous donner un nouvel indice. Puis un bruit sourd venu du fond d'une gorge retentit jusqu'à nous, une fois, deux fois, trois fois. Le tigre? « C'est le cri d'alerte d'un cerf », explique Ramsingh. « Il a senti le tigre. »

Nous nous rapprochons du troupeau d'herbivores, maintenant regroupés, comme pour mieux surveiller toutes les directions. « Le tigre est là, autour de nous, dans un rayon de 50 mètres », dit le naturaliste. Nous ne le voyons pas, mais lui est au courant de notre présence.

Les tigres sont solitaires et discrets. Chacun vit dans un vaste territoire d'au moins 6 kilomètres carrés. Pour en croiser un, il faut être chanceux (ou malchanceux, selon le point de vue). L'espèce est en danger, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Les tigres sont victimes du braconnage et de la perte de leur habitat en raison de la déforestation.

Le nombre de tigres repart à la hausse

Le parc Ranthambore compte 62 tigres sauvages; c'est le nombre le plus élevé de toute son histoire. Quand cette réserve, la toute première de l'Inde, a été créée en 1973, il n'y en avait qu'une quinzaine.

L'an dernier, pour la première fois en plus d'un siècle, le déclin continu des tigres s'est arrêté et leur nombre est reparti à la hausse. Les Indiens ont fait d'importants efforts de conservation au cours des dernières années. Le pays souhaite doubler sa population de tigres d'ici 2022.

Les 350 habitants du village d'Umri, au Rajasthan, ont par exemple accepté de déménager parce qu'une famille de tigres a élu domicile dans leur secteur. En bordure du parc Ramthambore, un village doit aussi être déplacé pour limiter les nuisances sonores pour la faune. Des compensations financières importantes leur sont promises par le gouvernement ainsi que de nouvelles terres.

Il y a maintenant 3890 tigres sauvages dans le monde, alors qu'ils n'étaient que 3200 en 2010, selon une étude de la World Wild Fondation et du Global Tiger Forum publiée l'an dernier. L'Inde en abrite plus de la moitié.

On est bien sûr très loin des 50 000 à 100 000 tigres qui peuplaient la planète en 1900. Toutefois, selon plusieurs spécialistes, si les réserves naturelles sont bien gérées, elles devraient suffire au renouvellement de l'espèce.

Plus d'articles

Commentaires