Retour

Suspect arrêté dans la foulée de l’attaque contre des militaires à Paris

Le conducteur soupçonné d'avoir blessé six militaires avec son véhicule au nord-ouest de Paris a été arrêté mercredi après-midi. L'Algérien de 36 ans a été interpellé sur l'autoroute en direction de Calais, a indiqué le premier ministre français, Édouard Philippe.

L’attaque a eu lieu vers 8 h, heure locale, dans le centre de Levallois-Perret, une commune du département des Hauts-de-Seine.

« Il ne fait pas de doute que c’était un acte délibéré », a déclaré Patrick Balkany, le maire de Levallois-Perret. Ça s'est passé dans une voie qui est un cul-de-sac devant le casernement de ces militaires. Et ce véhicule, visiblement, attendait qu'ils sortent pour rejoindre leur véhicule et leur a foncé dessus. »

La voiture noire de marque BMW est ensuite repartie à toute vitesse.

En après-midi, la police nationale a intercepté la voiture recherchée sur l'autoroute en direction de Calais, au nord de Paris.

Un immeuble de la banlieue parisienne qui pourrait être lié au suspect a aussi été perquisitionné. Des officiers cagoulés et lourdement armés ont été vus près de l'établissement. Pour l'instant, aucune information ne confirme qu'il s'agit du lieu de résidence de l'homme.

Le suspect a été blessé par balle en tentant de prendre la fuite, a indiqué une source judiciaire. L'individu n'était pas armé, mais un policier a été blessé par une balle perdue.

Les autorités ont cru plus tôt que trois des six blessés étaient gravement atteints, mais la ministre des Armées, Florence Parly, dit avoir reçu des nouvelles rassurantes à leur sujet.

Les vidéos de surveillance du quartier ont été scrutées afin d'identifier le véhicule et de retrouver le chauffeur, qui connaissait l'adresse du quartier général et l'horaire des patrouilles.

L'enquête a été confiée à la section antiterroriste du parquet de Paris parce qu'il y a eu « tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en lien avec une entreprise terroriste ».

Les militaires blessés font partie de l’opération Sentinelle, lancée au lendemain des attentats terroristes de janvier 2015 qui visaient la rédaction du journal Charlie Hebdo. Cible d'attaques djihadistes ces derniers mois, ce dispositif militaire a changé ses gardes statiques contre des patrouilles dynamiques.

« Cette nouvelle attaque contre les militaires de l'opération Sentinelle nous rappelle que les forces de l’ordre sont à la fois les chevilles ouvrières de la sécurité du pays et des cibles », a indiqué le premier ministre, Édouard Philippe, devant le parlement au moment d'annoncer l'arrestation du suspect.

Dans un communiqué, la ministre française des Armées a condamné « avec la plus grande fermeté cet acte lâche qui n'entame en rien la détermination des militaires à œuvrer pour la sécurité des Français ».

Depuis janvier 2015, les attentats en sol français ont fait un total de 239 morts, les derniers attentats ciblant tout particulièrement les forces de l'ordre sur des sites emblématiques.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine