Retour

Syrie : un assaut terrestre de l'armée coordonné avec des frappes russes

L'armée syrienne et ses alliés ont lancé mercredi un assaut terrestre appuyé par des vagues d'intenses bombardements de l'aviation russe dans l'ouest de la Syrie, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Cette opération semble constituer la première intervention coordonnée majeure entre l'armée de l'air russe et les forces pro-Assad avec des mouvements au sol depuis que l'aviation russe a déclenché, il y a une semaine, ses premières frappes en soutien au régime syrien.

L'OSDH ne précise pas qui participe à cet assaut terrestre, mais évoque les « forces du régime », une expression sous laquelle elle englobe généralement l'armée syrienne et ses milices alliées locales ou étrangères, dont le Hezbollah libanais, soutenu par l'Iran. Rien ne suggère une implication russe au sol.

Une source régionale au fait de la situation militaire en Syrie a confirmé que des combattants du Hezbollah participaient à ces opérations.

D'après l'OSDH, qui s'appuie sur un réseau d'informateurs en Syrie, les frappes russes ont touché des secteurs situés dans le nord de la province d'Hama et des secteurs avoisinants dans la province d'Idlib, que contrôle presque entièrement une alliance de groupes rebelles formée du Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, et d'autres factions islamistes

Des villes situées à proximité de l'autoroute M5, le principal axe routier courant du sud au nord de la Syrie, entre Damas et Alep, ont été touchées, notamment Kafr Zita, Kafr Naboudah et Al-Sayyad dans la province d'Hama et Khan Chaykhun et Alhbit dans la province d'Idlib.

Les assauts terrestres ont visé au moins quatre positions tenues par des rebelles dans la région. D'intenses tirs de missiles sol-sol ont également accompagné l'offensive.

« Nous ne disposons pour l'heure d'aucune information faisant état d'avancées (des forces gouvernementales) sur le terrain, mais les frappes aériennes ont touché des véhicules et des bases des insurgés », a précisé le directeur de l'OSDH, Rami Abdulrahman.

La semaine dernière, au deuxième jour de l'intervention militaire russe en Syrie, des sources libanaises ont affirmé à Reuters que plusieurs centaines de soldats iraniens avaient pris position en Syrie en vue d'une offensive au sol en soutien aux forces gouvernementales d'Assad, dont l'Iran est, avec la Russie, un des deux principaux alliés.

On sait aussi de sources régionales que le général iranien Qassem Soleimani, commandant de la force d'élite Al-Qods, a participé à la préparation de la campagne aérienne russe en Syrie.

Plus d'articles

Commentaires