Retour

Syrie : Washington n'enverra pas de délégation aux pourparlers de paix à Astana

Le département américain d'État a annoncé samedi qu'il n'enverrait pas de délégation aux pourparlers de paix intersyriens qui s'ouvrent lundi à Astana, la capitale du Kazakhstan, sous l'égide de la Russie et de la Turquie.

Les États-Unis seront simplement représentés par leur ambassadeur en poste dans ce pays d'Asie centrale, George Krol, en qualité d'observateur, a précisé le département d'État.

Le porte-parole du département d'État, Mark Toner, a expliqué cette décision par les exigences de l'alternance politique en cours à Washington, où Donald Trump a été assermenté vendredi.

« Nous saluons et apprécions l'invitation du Kazakhstan à participer en tant qu'observateur », ajoute-t-il.

Vendredi, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait dit espérer que la nouvelle administration américaine enverrait un spécialiste du dossier à Astana.

Or les institutions du nouveau pouvoir exécutif américain ne sont pas encore opérationnelles : Rex Tillerson, l'ex-directeur du groupe pétrolier ExxonMobil choisi par Donald Trump pour diriger le département d'État ne devrait pas être soumis à un vote de confirmation de la commission des Affaires étrangères du Sénat avant lundi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine