Retour

Syrie : Washington n'enverra pas de délégation aux pourparlers de paix à Astana

Le département américain d'État a annoncé samedi qu'il n'enverrait pas de délégation aux pourparlers de paix intersyriens qui s'ouvrent lundi à Astana, la capitale du Kazakhstan, sous l'égide de la Russie et de la Turquie.

Les États-Unis seront simplement représentés par leur ambassadeur en poste dans ce pays d'Asie centrale, George Krol, en qualité d'observateur, a précisé le département d'État.

Le porte-parole du département d'État, Mark Toner, a expliqué cette décision par les exigences de l'alternance politique en cours à Washington, où Donald Trump a été assermenté vendredi.

« Nous saluons et apprécions l'invitation du Kazakhstan à participer en tant qu'observateur », ajoute-t-il.

Vendredi, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait dit espérer que la nouvelle administration américaine enverrait un spécialiste du dossier à Astana.

Or les institutions du nouveau pouvoir exécutif américain ne sont pas encore opérationnelles : Rex Tillerson, l'ex-directeur du groupe pétrolier ExxonMobil choisi par Donald Trump pour diriger le département d'État ne devrait pas être soumis à un vote de confirmation de la commission des Affaires étrangères du Sénat avant lundi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine