Retour

Toujours pas d'entente avec les conservateurs britanniques et le DUP

La première ministre britannique Theresa May n'a toujours pas obtenu dimanche le soutien formel du Parti unioniste démocrate (DUP), mouvement nord-irlandais dont les dix sièges parlementaires lui permettraient de retrouver sa majorité absolue perdue à l'issue des législatives anticipées de jeudi.

Plusieurs ténors du Parti conservateur l'ont invitée à tenir compte des critiques, tandis que ses détracteurs, y compris dans son propre camp, la jugent en sursis.

« Theresa May est une morte-vivante. Le tout est de savoir combien de temps elle va rester dans le couloir de la mort », a commenté l'ancien ministre des Finances George Osborne, qu'elle a exclu du gouvernement à son arrivée aux affaires, l'an dernier.

Avec 318 sièges, les Tories restent la première force parlementaire, mais il leur en manque huit pour disposer de la majorité absolue. Le Parti travailliste, qui compte 262 représentants aux Communes, a quant à lui gagné une trentaine de sièges, mais n'est pas en mesure de former une quelconque coalition gouvernementale.

Pour son chef de file Jeremy Corbyn, de nouvelles élections pourraient avoir lieu avant la fin de l'année ou début 2018.

« Je peux encore être premier ministre. C'est toujours possible, absolument », dit-il en outre dans les colonnes du Sunday Mirror.

Son parti, explique-t-il, va tenter de mettre Theresa May en minorité à l'occasion de la présentation de son programme, lors du discours du trône, ce qui entraînerait sa démission et lui permettrait à lui de tenter de former un nouveau cabinet.

La situation est d'autant plus délicate pour Theresa May que la Grande-Bretagne doit entamer le 19 juin les négociations sur sa sortie de l'Union européenne. Le revers subi lors des législatives de jeudi, qu'elle avait elle-même convoquées avec l'espoir d'en tirer davantage de légitimité dans l'optique de ces discussions complexes a, qui plus est, donné davantage d'écho à ceux qui contestent son choix d'un « hard Brexit ».

Johnson reste fidèle

Tous ses espoirs reposent désormais sur le DUP. Le mouvement protestant nord-irlandais a annoncé dimanche avoir eu des discussions positives avec les conservateurs, mais a démenti qu'un « schéma d'accord » ait été conclu, comme l'avait avancé la veille le 10 Downing Street. Les services de Theresa May ont ensuite fait marche arrière, parlant d'une finalisation de l'accord au cours de la semaine à venir.

« Les discussions ont été jusqu'à présent positives, indique le DUP. Les discussions vont se poursuivre la semaine prochaine pour affiner les détails et pour conclure un accord sur les arrangements concernant le nouveau parlement. »

Arlene Foster, chef de file du mouvement, a en outre annoncé qu'elle allait rencontrer Theresa May mardi.

« Nous avons eu hier de très bonnes discussions avec le Parti conservateur sur la manière dont nous pourrions soutenir la formation d'un gouvernement national, un gouvernement qui apporterait la stabilité au pays, et les discussions continuent. Nous avons fait de grands progrès, mais les consultations se poursuivent », a-t-elle dit à Sky News.

Le DUP est farouchement opposé au mariage homosexuel et à l'avortement, ce qui le met en porte-à-faux avec les Tories et suscite l'inquiétude de certains conservateurs.

« Je pense qu'il y a des craintes au sujet des positions du DUP, de sa politique intérieure en Irlande du Nord, mais il est assez clair que, quel que soit l'accord, il n'y aura pas de coalition à proprement parler », a estimé l'influent député conservateur Graham Brady au micro de Radio 4.

Cinq ministres ont invité le chef de la diplomatie Boris Johnson à tenter de remplacer Theresa May au poste de premier ministre, rapporte le Sunday Times, mais l'intéressé a appelé tous les élus conservateurs à faire corps avec elle.

« Mes amis, nous devons nous calmer et rester derrière la première ministre », dit-il dans un message envoyé aux membres du groupe parlementaire via WhatsApp, selon la chaîne ITV.

Theresa May, poursuit-il, « est une femme aux qualités extraordinaires et l'opinion attend franchement de nous que nous la soutenions avec discipline et détermination ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine