Retour

Tous les coups sont permis en Russie, même la diffusion d'ébats sexuels

Les images ont de quoi choquer. Un éminent chef de parti d'opposition, qui a été premier ministre russe de 2000 à 2004, se dénude et est filmé dans des ébats sexuels avec son assistante personnelle. Encore plus étonnant, une chaîne de télévision contrôlée par l'État, NTV, diffuse de nombreux extraits de cette vidéo d'une quarantaine de minutes. Semble-t-il que les cotes d'écoute ont été très bonnes.

Raymond Saint-Pierre

  Un texte de Raymond Saint-Pierre

On ne sait pas qui a installé la caméra et les micros qui ont capté tous les détails de cette rencontre adultère dans l'appartement de Mikhaïl Kassianov. Lui et sa compagne, Natalia Pelevine, semblent en tout cas ne se douter de rien.

Pourtant, Mikhaïl Kassianov s'attendait à des coups fourrés contre l'opposition, alors que le pays se prépare à des élections législatives, en septembre prochain, le vote le plus important avant les présidentielles de 2018, où Vladimir Poutine devrait solliciter un quatrième mandat.

Nous avons interviewé Kassianov à la fin du mois de février, alors que l'opposition s'apprêtait à commémorer l'assassinat, commis il y a un an, de Boris Nemtsov, une autre personnalité de l'opposition, en plein cœur de Moscou. Kassianov était déjà la cible de harcèlement.

Le leader tchétchène Ramzan Kadyrov, proche du président russe Vladimir Poutine, avait publié une vidéo montrant Kassianov dans la mire d'un tireur. Plus tard, il était entarté dans un restaurant de Moscou par une douzaine de Tchétchènes qui l'accusaient d'être un ennemi du peuple.

Nous lui avions demandé qui est derrière cette campagne contre lui. Il montrait du doigt Vladimir Poutine, avec qui il avait pourtant été en très bon terme pendant les quatre ans où il avait été premier ministre. « Poutine a complètement changé, disait-il. Je ne sais pas si Poutine soutient tout ce qui se fait contre moi, mais il est au courant. Il ne fait rien pour stopper l'agression de son protégé Kadyrov contre moi. En vérité, c'est de l'encouragement silencieux. »

Les élections législatives de septembre semblent préoccuper M. Poutine au plus haut point. En février dernier, il ordonnait au Service fédéral de sécurité (FSB) d'être vigilant, affirmant que des « ennemis étrangers » cherchaient à saper ce vote. Et il ajoutait : « C'est pourquoi tout le monde doit savoir que nous allons travailler avec insistance pour défendre nos intérêts. »

M. Kassianov se sentait plus visé que les autres leaders de l'opposition, parce que, selon lui, son parti, le PARNAS (Parti de la liberté du peuple) était le seul adversaire susceptible de renverser un jour le gouvernement actuel.

Depuis la diffusion de la vidéo montrant ses ébats sexuels, M. Kassianov est resté silencieux, alors que sa compagne, Natalia Pelevina, dit vouloir poursuivre NTV pour atteinte à sa vie privée.

Kassianov ne s'attendait peut-être pas à ce que ses adversaires recourent à des tactiques de chantage et d'intimidation qui étaient monnaie courante sous le régime soviétique. De nombreux diplomates, hommes d'affaires étrangers ou « ennemis du parti » étaient ainsi filmés dans des situations compromettantes et forcés à collaborer avec le régime, sous peine de divulgation de ces images.

Le message envoyé à toutes les forces de l'opposition actuelle est en tout cas très clair : rien n'est sacré, tous les coups sont permis sur la route qui mène aux élections législatives du 18 septembre 2016.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine