Retour

Trafic de clandestins au Texas : le conducteur du camion passible de la peine de mort

Le conducteur du semi-remorque qui transportait des immigrants illégaux dont certains ont perdu la vie, en fin de semaine, au Texas, a comparu lundi devant la justice. Au moins dix personnes sont mortes après avoir été abandonnées à l'arrière du véhicule par une chaleur intense.

L'homme de 60 ans originaire de la Floride, James Mathew Bradley fils, pourrait écoper de la peine de mort s’il est reconnu coupable.

Il est accusé d'avoir transporté des immigrants illégalement « afin d'obtenir un avantage commercial ou des gains financiers privés ».

Une vingtaine d'autres personnes ont été hospitalisées et se trouvent dans un état critique, souffrant notamment de déshydratation et d'un coup de chaleur.

La remorque du camion, garé dans un stationnement de Walmart, n’était pas équipée d'un dispositif de climatisation fonctionnel.

L’accusé a raconté aux enquêteurs avoir été engagé pour transporter la remorque après sa vente, selon l'acte d'accusation. Il a dit ne pas avoir réalisé que quelqu'un se trouvait à l'intérieur avant de descendre pour uriner.

Après avoir entendu cogner et vu le camion être secoué, il aurait ouvert la porte et « été surpris quand il a été bousculé par des "Espagnols" qui l'ont jeté au sol ».

Bradley aurait dit aux autorités qu'il savait que le système de réfrigération du camion était en panne et que les quatre bouches d'aération étaient probablement obstruées. Il a admis ne pas avoir appelé le 911, même quand il a réalisé que plusieurs personnes étaient mortes.

Un survivant a dit que les passagers respiraient à tour de rôle par un trou dans la paroi du camion.

Un autre a raconté qu'ils étaient arrivés du Mexique illégalement par radeau, puis menés au semi-remorque pour être conduits jusqu'à San Antonio. Les migrants auraient rapidement commencé à avoir de la difficulté à respirer.

« Traite de personnes », selon les autorités

Le chef de police de la ville de San Antonio, William McManus, a évoqué une « tragédie horrible » associée à la « traite de personnes ».

Les autorités appelées sur place tard samedi ou tôt dimanche ont trouvé huit personnes mortes dans le semi-remorque. Les deux autres victimes sont mortes à l'hôpital.

Les responsables n'ont pas voulu dire si le camion était verrouillé à leur arrivée, mais ils ont confirmé qu'il n'était pas climatisé.

Les survivants ont indiqué qu'une centaine de personnes étaient à un moment entassées dans la remorque. Trente-neuf étaient à l'intérieur quand les secouristes sont arrivés; les autres pourraient s'être enfuies.

Selon le chef McManus, une personne venue du camion a approché un employé du Walmart qui se trouvait dans l'aire de stationnement pour lui demander de l'eau, tard samedi soir ou dimanche matin.

L'employé a alors fourni de l'eau à cet individu et a ensuite appelé la police, a poursuivi M. McManus.

Plusieurs des personnes qui se trouvaient à l'intérieur de la remorque du camion étaient des adultes dans la vingtaine et la trentaine, a indiqué William McManus, signalant en outre la présence d'enfants qui semblaient être en âge d'aller à l'école.

Le département américain de la Sécurité intérieure collabore au déroulement de l'enquête.

En 2011, le conducteur d'un camion à remorque dans lequel 19 migrants morts avaient été retrouvés en 2003 a été condamné à une peine d'emprisonnement de près de 34 ans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine