Retour

Transformer du fumier en biogaz en Alsace : autopsie d'un échec

Des agriculteurs d'Alsace, dans le nord­-est de la France, pensaient avoir trouvé une formule parfaite pour transformer le fumier de leur bétail en énergie, tout en réduisant les gaz à effet de serre. Et ils croyaient que la population locale serait enchantée. Il s'est produit exactement le contraire.

Un texte de Sylvain Desjardins, correspondant en Europe

Le projet est soutenu par une cinquantaine de producteurs alsaciens, en majorité des agriculteurs et quelques industriels. La future station de transformation du fumier animal en biogaz, à Schnersheim, près de Strasbourg, coûterait environ 10 millions de dollars. Elle a obtenu l'approbation de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, qui relève du ministère français de l'Environnement.

Le procédé est connu et éprouvé : par un processus de fermentation bactérienne, la petite usine pourrait tirer du gaz des déchets organiques animaux; un gaz qui, une fois filtré, serait injecté dans le réseau de gaz naturel commercial. De quoi alimenter quelques dizaines de milliers de résidences avec une production minimum de 2 millions de mètres cubes de gaz par année.

Les résidus solides devenus inodores pourraient aussi être réutilisés comme engrais dans les champs. Fini, les épandages malodorants de lisier de porc dans les champs. Les agriculteurs et les ingénieurs de la Chambre de l'agriculture de l'Alsace croyaient être accueillis en héros par la population locale.

Pierre Luttman est éleveur de volailles et producteur de tabac. Il est le maire de Fessenheim, mais aussi le président du regroupement des 47 agriculteurs favorables au projet. Il explique ne pas comprendre cette opposition, écoutez-le :

Lorsque la population dit non

C'est tout le contraire qui s'est produit. Les résidents ont peur d'éventuelles odeurs provenant de l'usine, d'une recrudescence de camionnage et, surtout, de la dévaluation potentielle de leurs propriétés foncières. L'usine aurait été aménagée à moins d'un kilomètre des résidences. Un collectif de citoyens du coin a réussi à faire bloquer le projet à coups de pétitions et d'assemblées publiques.

Béatrice Weingart, membre du Collectif pour la sauvegarde du Kochersberg, une région agricole et touristique près de Strasbourg, est contre le projet. Écoutez ses arguments :

Le chantier devait démarrer à l'été 2016, mais tout est maintenant bloqué. Le regroupement se cherche un nouveau site, mais n'y arrive pas pour le moment, vu la grande proximité des villages dans cette région.

Plus d'articles

Commentaires