Retour

Trois ans après l'attaque contre Charlie Hebdo, la France se souvient

La France rend hommage dimanche, dans la discrétion, aux 17 victimes des attentats islamistes de Charlie Hebdo, qui ont décimé sa rédaction il y a trois ans jour pour jour, et de l'épicerie Hyper Cacher de Paris.

Le président français Emmanuel Macron s’est rendu en avant-midi devant les anciens locaux de l’hebdomadaire satirique, dans le XIe arrondissement de Paris. Le 7 janvier 2015, les frères Chérif et Saïd Kouachi y ont tué 11 personnes, dont les célèbres caricaturistes Cabu, Charb, Tignous et Wolinski.

Un policier avait également perdu la vie devant l’édifice, froidement abattu par l’un des frères au moment de détaler.

Emmanuel Macron s’est par la suite rendu devant le supermarché Hyper Cacher à la porte de Vincennes, où le terroriste Amédy Coulibaly avait pris des clients en otage deux jours plus tard, le 9 janvier, tuant quatre personnes. Ce dernier avait également tué une policière la veille pendant sa cavale.

Les cérémonies sont demeurées sobres, avec des dépôts de gerbes et une minute de silence, sans discours ni prise de parole du président de la République, qui était accompagné de sa femme, Brigitte Macron, mais aussi de quatre de ses ministres et de la mairesse de Paris, Anne Hidalgo.

L’esprit Charlie

Quelques jours après les attaques, plus de quatre millions de personnes étaient descendues dans les rues des grandes villes de la France, prenant part au mouvement « Je suis Charlie », en défense de la liberté d'expression. La vague de solidarité avait eu des échos un peu partout dans le monde.

Le premier numéro du journal, publié une semaine après l’attentat, avait notamment été vendu à plus de sept millions d’exemplaires à travers le monde, alors que ses ventes hebdomadaires normales étaient plutôt d’environ 30 000 copies.

Déménagée dans un lieu ultra sécurisé, la rédaction de Charlie Hebdo continue son travail. Les journalistes racontaient cette semaine l’angoisse permanente des membres de l’équipe, forcée d’adopter des mesures de sécurité draconiennes.

Les attentats de janvier 2015 ont marqué le début d'une vague d'attaques djihadistes sans précédent en France, pendant laquelle on a dénombré quelque 241 morts.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »