Retour

Trudeau mécontent de la réaction d'un ministre chinois contre une journaliste

Le premier ministre Justin Trudeau a exprimé son mécontentement aux autorités chinoises après que le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, eut réprimandé une journaliste canadienne.

« Je peux confirmer que [le ministre des Affaires étrangères, Stéphane] Dion et de hauts fonctionnaires d'Affaires mondiales Canada ont exprimé notre mécontentement à la fois au ministre chinois des Affaires étrangères et à l'ambassadeur de Chine au Canada - notre mécontentement quant à la manière avec laquelle nos journalistes ont été traités », a déclaré M. Trudeau à Winnipeg, où sont réunis les élus municipaux des grandes villes canadiennes.

« L'objet de la question, qui est la liberté de la presse, est extrêmement important pour moi », a fait valoir le premier ministre.

Journaliste canadienne réprimandée

Le ministre chinois des Affaires étrangères a qualifié une journaliste canadienne d'irresponsable, mercredi à Ottawa, après qu'elle eut posé une question au sujet du triste bilan de la Chine en matière de respect des droits de la personne.

Justin Trudeau et son gouvernement étaient restés plutôt silencieux sur cet événement au cours des derniers jours, jusqu'à ce que le ministre Dion publie des messages à ce sujet sur Twitter, vendredi matin.

Stéphane Dion a ensuite affirmé que la journaliste « n'avait pas besoin de [lui] » pour la défendre. Il a ajouté avoir discuté « très franchement » de la question des droits de la personne lors de sa rencontre avec le ministre Wang Yi.

Justin Trudeau a pour sa part reconnu que les médias avaient le devoir de poser des « questions difficiles » et il a encouragé les journalistes à continuer de faire leur travail. Le premier ministre a profité de l'occasion pour dénoncer l'emprisonnement du Canadien Kevin Garratt pour espionnage.

Le Parti conservateur se porte à la défense des journalistes

Dans un communiqué, le porte-parole du Parti conservateur en matière d'affaires étrangères, Tony Clement, s'est dit outré d'apprendre que le ministre chinois des Affaires étrangères avait eu « l'audace de réprimander une journaliste canadienne ».

« Je suis choqué qu'un dignitaire en visite affiche un tel mépris. Nous avons la liberté de la presse au Canada [...]  Nous appuyons le droit des journalistes de poser des questions et nous demandons au gouvernement de condamner ces déclarations inacceptables », a-t-il affirmé.

Plus d'articles

Commentaires