Retour

Trump arrive à Washington en vue de son assermentation

Donald Trump est arrivé à Washington en vue de sa prestation de serment en tant que 45e président des États-Unis, vendredi. Pour une première fois, le milliardaire a troqué son avion privé au profit d'un appareil de la flotte présidentielle, qui a atterri peu après midi à la base militaire d'Andrews.

« Je n'ai aucun doute qu'ensemble nous rendrons sa grandeur à l'Amérique », a-t-il écrit sur son compte Twitter, avant de quitter la Trump Tower de New York, l'immeuble qui l'a rendu célèbre et qui est devenu le quartier général de son équipe de transition depuis son élection, le 8 novembre.

M. Trump a rencontré en après-midi des responsables du Congrès et de son administration à l'hôtel Trump de la capitale américaine, avant d'aller déposer une gerbe de fleurs au cimetière national d'Arlington. Il se rendra ensuite au Lincoln Memorial, où il devrait s'exprimer brièvement, avant d'assister à un concert qui culminera par un feu d'artifice.

Les têtes d'affiche du spectacle d'environ deux heures seront les chanteurs country Toby Keith et Lee Greenwood, et le groupe rock 3 Doors Down. La chanteuse Jennifer Holliday, qui devait être de la partie, s'est désistée il y a quelques jours en affirmant que la communauté gaie lui avait fait savoir qu'elle enverrait un mauvais message en se joignant à la fête.

M. Trump terminera sa journée par un repas aux chandelles à Union Station, avant de se diriger vers Blair House, hôtel particulier réservé aux invités présidentiels situé à un jet de pierre de la Maison-Blanche.

Des dizaines de milliers d'Américains, partisans et adversaires du futur président, se dirigent vers la capitale en vue de son assermentation, qui aura lieu devant le Capitole, siège du Congrès américain, à midi, comme le stipule la Constitution.

M. Trump doit aussi profiter de la journée pour peaufiner le discours d'une vingtaine de minutes qu'il doit prononcer après la prestation de serment. En décembre, il avait confié vouloir s'inspirer des ex-présidents John F. Kennedy et Ronald Reagan.

Ce sera une présentation très personnelle et sincère de sa vision du pays. Ce ne sera pas un programme détaillé, mais plutôt un document philosophique, sa vision de l'avenir du pays, du rôle du gouvernement et du rôle des citoyens.

Sean Spicer, porte-parole de M. Trump

Des averses sont prévues pour l'occasion, ce qui a forcé les autorités américaines à annoncer jeudi qu'elles allaient autoriser les parapluies rétractables sur le National Mall, où des détenteurs de billets pourront assister à l'événement, ainsi que le long de la route du défilé présidentiel.

Un imposant dispositif de sécurité est déployé en vue de l'occasion. Le secrétaire à la Sécurité intérieure, Jeh Johnson, a indiqué que la capitale sera fortifiée encore plus que d'habitude pour l'assermentation, avec des camions-bennes et des véhicules blindés déployés dans les rues « pour empêcher quiconque n'est pas autorisé sur les lieux d'y conduire quelque chose ».

« Aucune menace spécifique crédible » n'est cependant répertoriée par les autorités, a précisé M. Johnson.

Nous sommes prêts à nous mettre au travail. En fait, nous sommes impatients d'aller travailler pour le peuple américain, pour lui rendre sa grandeur.

Mike Pence, vice-président élu

Les festivités entourant l'assermentation ne seront pas du plus grand faste, malgré le goût de l'ancien animateur de l'émission de téléréalité The Apprentice pour le monde du spectacle.

Le Washington Post rapportait plus tôt cette semaine qu'elles se limiteront à trois jours, plutôt que cinq, comme cela avait été le cas pour l'arrivée à la Maison-Blanche de Barack Obama.

Le défilé dans les rues de la capitale devrait durer 90 minutes, alors que d'autres y ont consacré jusqu'à quatre heures.

Le président élu doit aussi participer à trois bals officiels, alors que Bill Clinton avait assisté à 14 d'entre eux en 1993.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine