Retour

Trump aurait voulu bluffer Comey en parlant de conversations enregistrées

Le président Donald Trump a laissé entendre vendredi qu'il voulait forcer l'ancien directeur de la police fédérale (FBI) à être honnête dans ses propos lorsqu'il a rédigé son message sur Twitter selon lequel il existerait peut-être des enregistrements audio de leurs conversations privées.

M. Trump a mis fin à un long mystère, jeudi, en écrivant sur Twitter qu'il n'avait pas enregistré ses échanges avec l'ancien chef du FBI, James Comey.

Dans une entrevue diffusée sur le réseau Fox News, vendredi, le président a affirmé que la version de M. Comey avait « peut-être » changé après qu'il eut été informé de la possible présence d'enregistrements audio.

Le président est toutefois resté évasif sur ce qui aurait pu changer dans les propos de M. Comey.

Lorsqu'un journaliste a demandé au président s'il avait propagé de telles allégations pour que James Comey reste honnête, M. Trump a répondu que « ce n'était pas stupide », ajoutant que l'ancien dirigeant « lui avait donné raison ».

Donald Trump avait soulevé la possibilité qu'il existe des enregistrements en mai, seulement quelques jours après qu'il eut congédié M. Comey, qui pilotait alors une enquête sur les liens présumés entre son équipe et la Russie

M. Trump a nié la version de M. Comey selon laquelle il aurait exigé la loyauté de l'ancien chef du FBI lors d'un souper en janvier.

« (Comey) doit espérer qu'il n'y a pas d'enregistrements de nos conversations avant qu'il ne commence à faire des fuites dans les médias! », avait-il écrit sur Twitter.

Ce message a eu plusieurs conséquences.

M. Comey a suggéré que ces propos l'avaient incité à demander à un de ses proches de dévoiler des informations dommageables pour le président au New York Times, ce qui l'a forcé à nommer un procureur spécial pour enquêter sur l'ingérence de la Russie lors de l'élection présidentielle.

Ce procureur, l'ancien directeur du FBI Robert Mueller, enquête apparemment sur le président, ce qui pourrait affecter celui-ci à court terme.

En entrevue avec Fox News, le président a semblé vouloir remettre en doute l'impartialité de M. Mueller, affirmant qu'il était « très, très bon ami avec Comey, ce qui est gênant ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine