Les personnes transgenres ne pourront plus servir dans l'armée américaine, vient d'ordonner le président des États-Unis Donald Trump.

Comme il le fait depuis son arrivée à la présidence, c'est sur son compte Twitter que Donald Trump a fait cette annonce. Les personnes transgenres ne pourront pas servir dans l'armée américaine, car celle-ci ne pourra pas, selon lui, « supporter le fardeau des coûts médicaux énormes » reliés à leur situation.

Dans son message, le président explique qu’après avoir consulté ses généraux et des experts militaires sur la question de la présence de personnes transgenres dans l’armée, son administration a pris la décision de les en exclure.

En plus des coûts « médicaux importants » rattachés à leur situation, le président a évoqué « les perturbations » que la présence de personnes transgenres provoquerait dans les rangs militaires pour justifier leur exclusion.

Questionnée sur cette nouvelle décision du président et sur ce qui va advenir des soldats transgenres actuellement dans l'armée, la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders, a déclaré que « la mise en œuvre de cette politique se fera harmonieusement entre le ministère de la Défense et la Maison-Blanche ».

Elle a réitéré la position du président : « Il a tiré la conclusion que cela affaiblit la cohésion des unités et ne nous met pas vraiment sur un pied d’alerte avec autant de rapidité que si nous n’avions pas de transgenres qui servent sous les drapeaux. »

Une demande des républicains, mais une réaction mitigée

Cette décision était réclamée par une partie des républicains, qui demandaient une révision des mesures prises sous l’administration du président Barack Obama pour intégrer les personnes gaies et transgenres dans les rangs de l’armée.

Les soldats transgenres pouvaient servir ouvertement sous les drapeaux depuis l'an dernier, lorsque l'ancien secrétaire à la Défense, Ash Carter, a mis fin à leur exclusion.

Mais au début de juillet, le présent secrétaire à la Défense, Jim Mattis, a annoncé qu'il retardait d’au moins six mois l'ouverture du recrutement militaire aux personnes transgenres, prélude au renversement de vapeur réclamé dans les rangs républicains.

D’après une étude de la firme Rand, il y aurait entre 2500 et 7000 personnes transgenres dans les forces régulières américaines et entre 1500 et 4000 autres dans la réserve. L'armée américaine compte au total 1,3 million de soldats.

Le Pentagone a réagi à l'annonce du président en déclarant qu'il produirait « dans un futur rapproché » une politique révisée en matière d'intégration des personnes transgenres dans les rangs de l'armée.

Les réactions républicaines à cette annonce sont mitigées.

Ainsi, le sénateur John McCain a déclaré : « Tout Américain qui répond aux critères de l’armée devrait pouvoir continuer à servir. »

La représentante républicaine Vicky Hartzler a défendu la décision du président en disant que les coûts médicaux élevés constituent une bonne raison d’interdire aux transgenres de servir dans l’armée.

Le quotidien Washington Post a cependant publié une information indiquant que l’armée américaine dépense cinq fois plus en Viagra qu’en soins aux militaires transgenres.

À Ottawa, le Nouveau Parti démocratique a demandé au premier ministre Justin Trudeau de dénoncer la décision du président Trump.

Un porte-parole du ministère de la Défense a souligné que « les personnes transgenres sont libres de servir dans l’armée canadienne depuis 1992 », ajoutant que cette « position sur la valeur de leur service dans l’armée canadienne n’a pas changé ».

Une décision décriée par les organismes LGBT

Le directeur de l'organisme OutServe-SLDN, voué à l'intégration et la défense des personnes LGBT dans les rangs de l'armée américaine, a décrié la décision présidentielle comme une « absurdité énorme ». Matt Thorn menace d'ailleurs de s'adresser aux tribunaux si la décision du président Trump n'est pas immédiatement annulée.

Pour Aaron Belkin, avocate et directrice du groupe de réflexion Palm Center, il s'agit d'une « attaque choquante et ignorante contre les militaires transgenres. »

Une autre militante, Victoria Rodriguez-Roldan, a reproché au président Trump de « sacrifier des vies à des fins politiques ». Elle a rappelé que l'armée est souvent le dernier refuge de ceux qui ne peuvent se trouver un emploi en raison de la discrimination au sein de la société américaine.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine