Retour

Trump ne bloquera pas le témoignage de l'ex-directeur du FBI

Le président des États-Unis, Donald Trump, n'utilisera pas sa prérogative présidentielle pour bloquer le témoignage devant le Congrès de l'ex-directeur du FBI congédié James Comey, a déclaré la Maison-Blanche, lundi.

La porte-parole de la Maison-Blanche Sarah Huckabee Sanders a affirmé que cette prérogative était bien établie, mais que M. Trump souhaitait permettre un « examen rapide et approfondi des faits » reliés au congédiement de M. Comey et aux multiples enquêtes sur les possibles liens entre son équipe de campagne et la Russie.

M. Comey doit témoigner jeudi devant le comité sénatorial du renseignement. Il s'agira de ses premiers commentaires publics depuis son licenciement abrupt par le président le 9 mai.

Des officiels à la Maison-Blanche avaient réfléchi à la possibilité de tenter de bloquer le témoignage, en faisant valoir que les discussions de M. Comey avec le président portaient sur la sécurité nationale et devraient ainsi bénéficier d'une protection de confidentialité.

Toutefois, les responsables ont conclu ultimement que cette avenue présentait plus de risques que celle de laisser l'ancien directeur du FBI témoigner librement.

Des experts ont aussi souligné que M. Trump avait probablement réduit sa capacité d'invoquer une prérogative présidentielle en discutant publiquement de ses conversations avec M. Comey dans des messages sur Twitter et des entrevues.

Des proches de M. Comey ont allégué que M. Trump avait demandé au directeur du FBI s'il pouvait abandonner une enquête sur l'ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn et ses contacts russes. La Maison-Blanche a nié que le président ait fait une telle requête.

Les législateurs questionneront probablement aussi l'ancien directeur du FBI sur les affirmations de M. Trump selon lesquelles M. Comey aurait dit à trois reprises au président que celui-ci ne faisait pas l'objet d'une enquête dans le cadre des investigations fédérales sur les liens possibles avec la Russie.

M. Trump a déjà écrit sur Twitter que M. Comey devait espérer qu'il n'y ait pas d'« enregistrements » de leurs conversations.

La Maison-Blanche n'a pas voulu préciser si M. Trump avait ainsi laissé entendre qu'il avait enregistré ses discussions avec l'ancien chef du FBI.

Plus d'articles

Commentaires