Retour

Trump nie vouloir augmenter le stock d’armes nucléaires des États-Unis

Le président américain Donald Trump a utilisé mercredi son média favori, Twitter, pour fustiger la chaîne NBC, responsable selon lui d'avoir inventé une « fausse nouvelle », à savoir qu'il aurait demandé une multiplication par dix du stock d'armes nucléaires de la nation.

Dans un reportage présenté mercredi, NBC affirmait que de hauts dirigeants militaires et le secrétaire d’État, Rex Tillerson, avaient rencontré le président en juillet pour faire le point sur l’état des forces américaines dans le monde, et particulièrement en Afghanistan.

Au cours de cette rencontre, Donald Trump aurait souhaité une augmentation importante de la réserve d’ogives nucléaires, après avoir vu un graphique démontrant qu’il y en avait plus de 32 000 à l’époque de la guerre froide, et environ 4000 aujourd’hui.

« NBC News a inventé une histoire », a rétorqué M. Trump dans un tweet, peu de temps après la diffusion du reportage. « Fiction complète visant à nuire. NBC = CNN! », a-t-il ajouté.

Le président a même évoqué, par le biais d’une question, la possibilité de révoquer la licence de NBC. « Avec toutes ces fausses informations qui viennent de NBC et de ces chaînes, à partir de quand est-il envisageable de remettre en cause leurs autorisations? Mauvais pour le pays! », a-t-il écrit.

Pendant la campagne électorale et même après son élection, M. Trump avait à plusieurs reprises souhaité le renforcement de la capacité nucléaire du pays. Les États-Unis « doivent fortement renforcer et accroître leur capacité nucléaire », avait-il ainsi lancé dans un tweet fin décembre.

Tensions avec le secrétaire d’État

C’est après cette même réunion, « parfois tendue », selon les témoignages recueillis par NBC, que le secrétaire d’État Tillerson aurait traité le président de « débile » ou de « crétin » (moron). M. Tillerson a nié avoir tenu de tels propos.

Dans une entrevue accordée au magazine Forbes et publiée mardi, le président a estimé qu’il s’agissait d’une autre « fausse nouvelle », mais que si cela était vrai, il faudrait comparer les quotients intellectuels des deux hommes. « Et je peux vous dire qui va gagner », a ajouté M. Trump.

La Maison-Blanche a, depuis, suggéré que le président ne faisait qu’une blague. « Le président n’a certainement jamais voulu suggérer que le secrétaire d’État n’était pas incroyablement intelligent », a affirmé la porte-parole Sarah Huckabee Sanders. « Il a fait une blague, c’est tout. »

Néanmoins, le commentaire de Donald Trump pourrait miner la crédibilité du chef de la diplomatie américaine, selon des diplomates étrangers basés à Washington, au moment où les tensions restent vives dans le dossier nord-coréen ou encore en ce qui a trait à l’entente sur le nucléaire iranien.

Quelques heures après la publication de l’entrevue, M. Trump a réitéré sa confiance en Rex Tillerson, mais des sources proches du président affirment qu’il est de plus en plus insatisfait de l’ancien PDG d’ExxonMobil.

L’Accord de Paris et l’entente sur le nucléaire iranien sont du nombre des motifs de désaccord entre les deux hommes. De plus, M. Tillerson n’hésiterait pas à contredire le président en public s’il ne partage pas la même opinion que lui.

Par exemple, en août dernier, Donald Trump avait affirmé qu’il y avait de « très bonnes personnes » dans les deux camps qui s’étaient opposés à Charlottesville.

« Le président parle en son nom personnel », avait rétorqué Rex Tillerson.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine