Retour

Trump ouvre la voie à la naturalisation de 1,8 million de jeunes migrants

Le président Donald Trump compte accorder la citoyenneté américaine à 1,8 million de jeunes immigrants. La Maison-Blanche a indiqué jeudi que M. Trump proposera au Congrès américain un projet qui ouvre la voie à la naturalisation de ces sans-papiers.

Cette décision profitera notamment aux « Dreamers », ces jeunes arrivés illégalement aux États-Unis alors qu'ils étaient enfants, qui bénéficient d’une protection jusqu’en mars en vertu du décret DACA. D’autres immigrants pourront aussi obtenir la citoyenneté après avoir passé avec succès ce processus s’étalant sur au moins 10 ans.

Le programme DACA a été implanté par l’ancien président Barack Obama et il a donné la chance à 690 000 jeunes migrants d’étudier et de travailler aux États-Unis en toute légalité.

Donald Trump l'a abrogé en septembre, jugeant qu'il n'était pas constitutionnel, et a donné au Congrès jusqu'à mars pour trouver une solution.

De plus, M. Trump a l'intention de réduire l'ampleur de l'immigration par regroupement familial, en limitant le programme aux conjoints et aux enfants d'âge mineur. En 2016, le gouvernement américain a accordé la résidence permanente à plus de 1,2 million d'étrangers. Plus de 260 000 d'entre eux, soit 23 %, étaient des parents, grands-parents, frères et soeurs, neveux et nièces de citoyens américains.

La loterie permettant d'obtenir un visa serait abolie. Créée en 1990, cette loterie a permis à des gens provenant de pays sous-représentés aux États-Unis qui ne remplissaient pas les critères d’immigration d’espérer décrocher un visa. Chaque année, 50 000 personnes en recevaient un. Désormais, la Maison-Blanche entend attribuer ces visas sur la base du mérite.

En plus d’accroître la sécurité aux frontières, le plan prévoit le recrutement de juges et procureurs spécialisés en immigration et l’ajout d’agents de contrôle, afin d’accélérer au besoin la déportation d’immigrants clandestins.

Le mur

Le président n’en démord pas : il tient absolument à la construction d'un mur frontalier avec le Mexique. Il demandera au Congrès 25 milliards de dollars pour financer cette promesse électorale qui vise à limiter l’immigration illégale.

Plusieurs milliards de dollars seraient aussi investis dans la lutte contre l'immigration clandestine.

La Maison-Blanche estime que le projet sur l'immigration présenté aujourd’hui devrait mettre fin à des mois de débats sur cet épineux sujet. Démocrates et républicains sont plus que jamais déchirés sur le sort à réserver aux immigrants illégaux.

Les démocrates sont pour une régularisation du statut des jeunes migrants, et bon nombre de républicains appuient cette idée. Cependant, le président Trump exige en échange des fonds pour ériger un mur à la frontière avec le Mexique.

Réactions

Aussitôt rendue publique, la proposition de Donald Trump sur l'immigration a suscité des réactions partagées.

Joe Manchin, un sénateur démocrate modéré de la Virginie-Occidentale, s'est dit « très encouragé » par le surprenant projet du président américain.

Pour sa part, la représentante démocrate du Nevada, Dina Titus, croit que ce plan « est une nouvelle attaque contre les immigrés qui utilise les Dreamers comme monnaie d'échange ».

Si les démocrates se sont dits encouragés par cette initiative, les républicains se sont montrés plus prudents.

Parmi les républicains, le sénateur James Lankford, de l'Oklahoma, a dit appuyer la proposition de Donald Trump.

Son collègue républicain Mike Rounds, du Dakota du Sud, a estimé que la proposition était « positive » et « donnait aux élus une meilleure idée » des intentions du président. Il a toutefois ajouté que « le chemin sera encore long avant » qu'elle ne devienne réalité.

Plus d'articles