Retour

Trump présente une nouvelle liste de priorités sur l’immigration

Le président américain, Donald Trump, a présenté dimanche une liste de priorités sur l'immigration qui éloigne la possibilité d'une entente avec les démocrates au sujet des jeunes clandestins.

Dans une lettre adressée au Congrès, la Maison-Blanche pose en effet plusieurs conditions afin d’envisager une réforme de l’immigration. Il faudra financer le mur à la frontière avec le Mexique et accélérer les procédures de renvoi des mineurs entrés sans autorisation au pays, exige Trump.

Il demande aussi l’augmentation des effectifs de l’autorité chargée d’appliquer les lois de l’immigration et, surtout, une réforme complète du système de la carte verte (green card). La carte, qui permet de travailler aux États-Unis, ne serait plus attribuée par loterie, mais par un système de points, préconise la Maison-Blanche. Chaque année, 50 000 personnes obtiennent, de façon aléatoire, cette précieuse carte.

« Une réforme de l'immigration doit créer plus d'emplois, des salaires plus élevés et plus de sécurité pour les Américains », écrit Donald Trump dans un courrier adressé au Congrès, pour souligner pourquoi les priorités qu'il présente sont « nécessaires ».

Or, plusieurs de ces demandes ont déjà été repoussées de la main par les démocrates, qui cherchent à protéger des acquis du programme de régularisation des Dreamers, promulgué par Barack Obama. Près de 800 000 de ces derniers, arrivés aux États-Unis en tant que mineurs en même temps que leurs parents, de façon illégale, ont obtenu le droit de travailler et une protection contre l'expulsion de la part de l’ex-président.

Réaction démocrate

« Cette administration ne peut être sérieuse lorsqu'elle parle de compromis si elle lance le débat avec une liste qui est un anathème pour les Dreamers, pour la communauté des migrants et pour la grande majorité des Américains », ont affirmé, par voie de communiqué, les dirigeants démocrates Nancy Pelosi et Chuck Schumer.

Les chefs des minorités démocrates de la Chambre des représentants et du Sénat ajoutent que « cette liste va beaucoup plus loin que ce qui est raisonnable » et soulignent que la question du mur « avait été explicitement écartée des négociations ».

Le calendrier des négociations est serré. Les élus doivent étudier au cours des prochains mois ce qu’il adviendra des milliers de jeunes Dreamers, puisque, début septembre, Donald Trump a supprimé le programme qui les protège, tout en accordant un sursis de six mois avant qu’ils ne perdent leur statut et soient, éventuellement, expulsés.

Mi-septembre, Donald Trump avait pourtant annoncé qu’une entente était à portée de main avec les démocrates. En échange de la régularisation de centaines de milliers de Dreamers, les élus démocrates s’engageaient à voter des crédits supplémentaires pour renforcer les technologies de surveillance de la frontière, telles que des drones et des détecteurs.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine