Retour

Trump promet à ses producteurs laitiers un commerce plus équitable avec le Canada

L'entente entre les producteurs et les transformateurs laitiers canadiens afin de favoriser le lait diafiltré canadien irrite au plus haut point le président des États-Unis, Donald Trump.

Le lait diafiltré est un produit très riche en protéine qui entre dans la fabrication du yogourt et du fromage.

En vertu de l’actuel système de gestion de l’offre qui encadre la production laitière au Canada, seule une infime quantité de lait peut franchir les frontières canadiennes.

Jusqu'à récemment, les importations de lait diafiltré n'étaient pas imposées. Par contre, le gouvernement du Canada a décrété une taxe sur l'importation de ce produit à la suite des plaintes effectuées par les producteurs canadiens.

Dans un discours prononcé au Wisconsin, mardi, le président des États-Unis a promis aux producteurs laitiers de cet État de revoir les accords commerciaux avec le Canada, qu’il a qualifiés d’« injustes ».

« Cette situation exige du commerce équitable avec tous nos partenaires. Et cela inclut le Canada. Ce pays a des pratiques commerciales très inéquitables face à nos producteurs laitiers », a-t-il dit.

« Nous allons appeler le Canada et leur demander "qu'est-ce qui se passe?" » a-t-il lancé à la foule réunie pour l'entendre parler de la signature du décret « Acheter américain, embaucher américain », qui doit donner un avantage aux produits et citoyens des États-Unis pour tout projet fédéral.

Environ 70 producteurs des États du Wisconsin et de New York sont touchés par cette décision d'imposer une taxe sur leurs exportations au Canada.

Les producteurs du Wisconsin demandent depuis plusieurs mois un libre accès au marché canadien. Ils affirment que cette pratique du Canada a entraîné des pertes de ventes de 150 millions de dollars américains.

Donald Trump a promis de travailler avec les représentants au congrès du Wisconsin afin de trouver une solution.

Une brèche dans la gestion de l'offre?

Les producteurs laitiers du Canada ont rapidement réagi. Leur porte-parole a déclaré qu’« on est confiant que le gouvernement du Canada va défendre son industrie laitière ».

En entrevue à Radio-Canada, le président de la Fédération des producteurs de lait du Québec, Bruno Letendre, est préoccupé que cette sortie de Donald Trump entraîne des brèches dans la gestion de l'offre.

« S'il y avait seulement les produits laitiers qui étaient plus chers au Canada qu'aux États-Unis. Or, ce n'est pas le cas. Le porc, le boeuf et les céréales sont plus chers ici qu'au sud de la frontière », réplique M. Letendre aux pourfendeurs de la gestion de l'offre.

Une attaque contre l’ALENA

Dans son discours, Donald Trump s'est également plaint des règles de l'ALENA qui ralentissent tout processus de changement.

« Nous allons faire de très grands changements ou nous allons nous débarrasser de l'ALENA une bonne fois pour toutes. On ne peut pas continuer comme ça, croyez-moi », a-t-il lancé.

Jusqu'à maintenant, le gouvernement canadien s'était conforté en entendant le président américain attaquer surtout son voisin mexicain au sujet de l'ALENA, allant même jusqu'à dire au premier ministre Justin Trudeau, lors de sa visite à Washington, que les États-Unis ne feraient que quelques « ajustements mineurs » à la partie de l'accord commercial qui les lie au Canada.

En fin de journée mardi, le ministre canadien de l'Agriculture travaillait à rédiger sa réaction à la sortie du président américain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine