Retour

Trump remplace son conseiller à la sécurité nationale

Le président américain annonce que l'ex-ambassadeur américain à l'ONU John Bolton prendra dès le début avril le relais du général H.R. McMaster à titre de conseiller à la sécurité nationale.

Il s'agit du dernier des nombreux changements apportés à la garde rapprochée de Donald Trump depuis son assermentation à titre de président des États-Unis, il y a un peu plus d'un an.

Comme à son habitude, le président Trump s'est servi du réseau Twitter pour confirmer la nomination de celui qui avait représenté les États-Unis à l'ONU pendant une courte période sous la présidence de George W. Bush. Considéré comme un faucon en matière de politique étrangère, John Bolton était partisan de l'intervention militaire américaine en Irak.

Le départ de H.R. McMaster fait suite au congédiement, il y a à peine neuf jours, du secrétaire d'État Rex Tillerson.

Ce dernier, ancien président de la pétrolière Exxon Mobil, avait fréquemment été critiqué par le président pour avoir tenté d'adopter une approche plus consensuelle en matière de relations internationales, en préférant la diplomatie aux déclarations virulentes et aux menaces.

M. Tillerson a toutefois lui aussi été accusé de réduire les effectifs du département d'État à une ombre d'eux-mêmes, fragilisant d'autant la capacité des États-Unis à maintenir leur réseau de relations politiques dans le monde.

L'arrivée annoncée de M. Bolton s'inscrit par ailleurs dans un contexte d'un possible rapprochement entre Washington et Pyongyang, la capitale du régime dictatorial nord-coréen.

Il y a à peine un mois, M. Bolton publiait, dans le Wall Street Journal, une lettre à l'éditeur intitulée The Legal Case for Striking North Korea First (Les arguments légaux pour lancer une attaque préventive contre la Corée du Nord).

Plus d'articles