Retour

Trump s'en prend à un champion des droits civiques

Le président désigné Donald Trump s'en est pris au représentant démocrate John Lewis, une figure emblématique des droits civiques, samedi, alors que se tiendra dans quelques jours la journée nationale en hommage à Martin Luther King et au moment où le premier président noir des États-Unis s'apprête à céder sa place.

Donald Trump a soutenu par le biais de Twitter que le représentant de la Georgie devrait « passer plus de temps à résoudre [les problèmes] et aider son district » plutôt que de « faussement se plaindre au sujet des résultats électoraux ».

Le président désigné a du même coup souligné « l'état lamentable et en décomposition » du territoire que représente M. Lewis, évoquant un haut taux de criminalité qui y sévirait.

M. Lewis représente le 5e district électoral de la Georgie. Son territoire comprend la zone métropolitaine d'Atlanta et compte une grande population afro-américaine. Le district est aussi l'un des secteurs dont la croissance est la plus élevée au pays. Toutefois, les taux de criminalité et de pauvreté sont supérieurs à la moyenne nationale.

Les sièges sociaux de plusieurs grandes entreprises, comme Coca-Cola et Delta Air Lines, plusieurs universités et collèges fréquentés par des étudiants afro-américains, et le Georgia Institute of Technology, sont établis dans ce district.

John Lewis, qui est parmi les icônes du mouvement de reconnaissance des droits des Afro-Américains, a souffert d'une fracture au crâne après un rassemblement à Selma, en Alabama, il y a plus d'un demi-siècle. Il avait ensuite consacré sa vie à promouvoir l'égalité de droits pour les Noirs.

Le représentant, qui en est à son 16e mandat, a indiqué vendredi qu'il n'assisterait pas à la cérémonie d'investitures de Donald Trump, qui aura lieu le 20 janvier au Capitole.

Il s'agira de la première fois qu'il ne participe pas à un tel événement depuis qu'il a été élu au Congrès, il y a trois décennies, a-t-il précisé.

Vous savez, je crois au pardon. Je crois en la tentative de travailler avec les gens [...] Ce sera très difficile. Je ne vois pas ce président désigné comme un président légitime.

John Lewis, en entrevue pour l'émission Meet The Press diffusée à NBC dimanche

« Je pense que les Russes ont collaboré à aider cet homme à être élu. Et ils ont aidé à détruire la candidature de Hillary Clinton », a-t-il ajouté.

La porte-parole de M. Lewis, Brenda Jones, a refusé de répliquer au commentaire de Donald Trump, samedi, indiquant simplement que le représentant de la Géorgie n'avait qu'exprimé sa propre opinion.

« Souvenons-nous que plusieurs ont tenté de taire [John Lewis] pendant des années. Ils ont tous échoué », a tweeté la leader de la minorité à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

En complément, les habitudes de Donald Trump sur Twitter :

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine