Retour

Trump soulève des doutes sur l'éligibilité de Ted Cruz au poste de président

Après avoir longtemps mis en doute l'éligibilité de Barack Obama au poste de président des États-Unis, Donald Trump soulève maintenant le même argument à l'endroit de son adversaire dans la course à l'investiture républicaine en vue de la présidentielle de novembre, Ted Cruz.

Dans une entrevue accordée au Washington Post à un peu plus de trois semaines du caucus de l'Iowa, M. Trump allègue que l'éligibilité du sénateur du Texas pourrait être contestée devant les tribunaux parce qu'il est né au Canada.

« Les républicains vont devoir se poser la question : "Voulons-nous un candidat qui pourrait se retrouver devant les tribunaux pendant deux ans?" Ce serait un gros problème », soutient le milliardaire, qui caracole en tête des sondages sur les intentions de vote des républicains.

« Cela constituerait une situation très précaire pour les républicains, parce qu'il serait dans la course et les tribunaux pourraient mettre beaucoup de temps à rendre une décision. Vous ne voulez être dans la course alors que cela plane sur votre tête », a-t-il ajouté.

Ted Cruz est né à Calgary en 1970, d'un père cubain et d'une mère américaine. Il a toujours dit qu'il était Américain de naissance, puisque sa mère est née aux États-Unis, et que quiconque né d'un parent américain l'est également. Il a d'ailleurs abandonné sa citoyenneté canadienne en 2014.

Le sénateur du Texas n'est pas le premier candidat républicain à la présidence à se trouver dans une telle situation. John McCain, qui était l'opposant de Barack Obama en 2008, est né au Panama de parents américains, mais son éligibilité n'avait pas été contestée pour autant.

En vertu de la Constitution, seuls les Américains de naissance peuvent briguer la présidence des États-Unis. Les experts s'accordent pour dire que la situation de Ted Cruz ne pose pas de problème, mais l'affaire n'a jamais été testée devant les tribunaux.

Dans une entrevue accordée à ABC en septembre, Donald Trump semblait s'être rangé à cette opinion. « Je comprends que cela a été vérifié de toutes les manières par tous les avocats et que Ted est en bonne position (in fine shape) », avait-il dit.

Ted Cruz a répondu aux allégations de Donald Trump en postant une vidéo de la télésérie Happy Days qui a donné lieu à l'expression « jumping the shark », utilisée pour railler une œuvre autrefois prisée, mais devenue loufoque au fil du temps.

« La meilleure façon de répondre à une attaque est d'en rire et de passer à des problèmes qui ont de l'importance », a-t-il expliqué mardi en marge d'un événement tenu à Sioux Center, en Iowa, où le coup d'envoi de la saison des primaires et des caucus sera donné le 1er février.

Seloin un sondage mené par NBC auprès d'un panel de 3700 personnes entre le 28 décembre et le 3 janvier, Donald Trump récolte 35 % des appuis au sein des électeurs républicains ou à tendance républicaine. Ted Cruz arrive deuxième avec 18 % des intentions de vote, devant Marco Rubio, crédité de 13 %.

Plus d'articles

Commentaires